Freeride World Tour 2013 1/6 – Revelstoke

FWT 2013

 Le départ1ère Étape du Freeride World Tour 2013
Lieu : Revelstocke, Canada.
Date : 11 Janvier 2013.

Pas d’affolement, on respire, on prend son temps et on va vous parler de la première étape du Freeride World Tour 2013 (et oui, on est déjà en 2013).

Je sais, c’était il y a déjà 4 jours (autant dire une éternité), mais des fois, il faut prendre son temps… Alors voici mon petit topo de cette belle étape, à tête reposée.

Comme l’année dernière (enfin il me semble) on commence ce Freeride World Tour par Revelstocke. Mais pas comme l’année dernière, il y a désormais plus qu’une seule compétition de freeride et ça c’est bien !
Plus de Subaru Freeskiing World Tour, les deux tours concurrents ont dorénavant fusionné, dans un besoin de lisibilité sans aucun doute et pour le plaisir de retrouver enfin tous les meilleurs riders sur une seule et même compétition.

Revelstocke, l’emblème canadienne du freeride est certainement l’un des plus beaux spots du monde pour commencer ce Freeride World Tour. La face Mac Daddy, en dehors des limites du domaine de la station a tout pour proposer un beau spectacle. La neige fraîche est tombée en masse les jours précédents et enfin, le soleil est de la partie ce vendredi 11 janvier.

On retrouve au départ des riders qui ont déjà fait leur preuve par le passé et qui sont donc déjà qualifiés d’office pour ce FWT + quelques wildcards pour des riders qui méritent leur place (notamment Markus Eder, si je ne me trompe pas) + deux qualifiés provenant du Freeride World Qualifier (aussi connu sous le sigle de FWQ), qui comme son nom l’indique est un tour qui permet de qualifier les deux meilleurs riders pour le FWT de la saison suivante.

starting-listLa liste de départ (cliquez à droite pour agrandir) a donc plutôt fière allure. 29 riders au départ, 7 français. Des riders attendus comme Aurélien Ducroz, Seb Michaud, Julien Lopez ou Adrien Coirier et les deux petits nouveaux issus du FWQ 2012 : Mathieu Bijasson et Leo Slemett de Chamonix, pas encore 20 ans ! La France est donc bien représentée entre les anciens, les revenants et les nouveaux, on ne peut s’attendre qu’à du bon dans ce clan.

Les autres noms dont il faut se méfier sont Reine Barkered (1er FWT 2012), Drew Tabke (2eme FWT 2012), Sam Smoothy (4eme) pour ne citer qu’eux.

La compétition commence aussitôt que la fenêtre météo le permet, et les premiers à s’élancer dans Mac Daddy sont les snowboarders, au grand dam du skieur que je suis, notre belle face encore vierge va se faire défigurer en quelques virages ravageurs des monoplanchistes ;) Mais finalement les dégâts seront limités.

Vient enfin le ski et c’est notre jeune Léo Slemett qui s’élance en premier dans cette face impressionnante  Ce baptême du feu aura été une épreuve difficile pour Léo que j’ai senti égaré par moment malgré un enchaînement et une ligne plutôt réfléchie et finalement retrouvée… jusqu’à ce back flip inattendu sur l’une des dernières barres qui ne se prêtait pas du tout à ce type d’exercice. Plantage en bonne et due forme, déchaussage. L’aventure s’arrête avant même de franchir la ligne d’arrivée. Dommage pour une première, mais pour le coup, rien à regretter niveau engagement ! Sûr que sur la prochaine étape Léo y pensera à deux fois avant de trickser de la sorte. Car au vu de cette étape, tenir sur ces jambes jusqu’en bas suffisait à s’assurer une place dans le top 10.

Car des chutes, on en a vu. Bougnettes, fautes de carre, backslashs et autres rochers, cette neige profonde réservait son lot de surprise et de piège.

Lorsque c’est au tour de Julien Lopez de s’élancer, on sent que la niaque et la fraicheur qu’il a emmagasiné les moins précédents vont lui donner cette simplicité et cette efficacité qui lui avait fait gagner le défunt Freeskiing World Tour en 2010. Effectivement, Julien est plutôt bien inspiré et surtout son expérience paie. Sa ligne, stratégique, consiste en trois sauts. Pas de froufrous, pas de tête en bas, du ski maîtrisé, ce jour-là, il fallait avant tout tenir sur ces jambes pour pouvoir marquer des points. Il s’attribue une fragile note de 73 points mais néanmoins suffisante pour se tailler une place sur le podium.

Seul Drew Tabke, l’américain, aura illuminé cette étape d’un run flamboyant et inspiré.
«Le Mac Daddy est une des plus belles montagnes que nous avons l’occasion de rider sur le circuit et la neige en Colombie Britannique est extraordinaire. À cause des petites coulées de surface dues aux grosses quantités de neige, les conditions étaient exigeantes, mais la neige de ma ligne était très bonne. Le choix de la ligne était très stratégique pour moi ici. Je voulais éviter celles déjà  tracées, c’est pourquoi j’en ai choisi une assez originale. Je pense que je suis le premier à avoir tenté cette ligne sur cette face, en la maintenant du début à la fin.» dit Drew.

Composé de grosses barres, de belles réceptions et d’un tracé différent de la plupart des concurrents, il s’envole en tête du classement à plus de 91 pts. Net et sans bavures à plus de 12 points du second, Jeremie Heitz  le Suisse.

Seb Michaud nous a fait frémir jusqu’à la dernière barre mal réceptionnée. Deux back flips composaient pourtant son run, un run «à la Michaud» solide et engagé, il lui a manqué un peu de réussite. Quant au reste des français comme un bon nombre de concurrents, les chutes en déséquilibre en sortie de barre et les petites erreurs de position auront été tragiques.

On retient malgré tout ce magnifique 360 de Markus Eder dans un run hésitant mais pourtant sans chute. Run payé d’une lointaine 9ème place, assez imméritée,  mais que voulez vous, les «vrais freeriders» vous diront que le freeride ce n’est pas que des pirouettes.

Podium Hommes

1 Tabke Drew USA
2 Heitz Jeremie SUI
3 Lopez Julien FRA

Chez les femmes, je ne peux rien vous donner d’autre que le classement puisque je n’ai vu aucun des runs.

1. Hargin Christine SWE
2. Wallner Nadine AUT
3. Segal Natalie AUS

Cette première étape entachée de nombreuses chutes a tout de même révélé de très beaux runs et surtout un engagement impressionnant de tous les riders, clairement pas venus pour faire dans la dentelle. Ce qui comptait, c’était «envoyer» et ça, ils l’ont fait avec brio.

Prochaine étape Courmayeur en Italie, le 19 janvier, en espérant que les conditions soient tout autant dantesques :)

Copyright photo : Freeride World Tour

Ne manquez rien de l'actu freeski sur ridepark.
Recevez un email régulièrement pour découvrir les nouveaux articles.