Skier dans la Sierra Nevada

Skier dans la Sierra Nevada

Alexis - auteur de l'article
Rédigé par Alexis Blondin
dernière mise à jour le 16 février 2024

Petit ressenti sur la seule et unique station de ski de la Sierra Nevada située dans le sud de l’Espagne. Eh oui, car même là-bas, on peut y skier, et dans de très bonnes conditions, récit rédigé en 2006…

Sur la route…

La route et la vue en direction de la Sierra Nevada
La route et la vue en direction de la Sierra Nevada

Départ de Grenade, ville la plus proche de la Sierra Nevada, à 30 km environ. Le bus part à 8h, les gens se bousculent pour s’entasser dans les bus. La montée jusqu’à la station se fait en une petite heure, une voie rapide blindée de bus et de voitures à l’assaut de la plus haute station d’Europe (d’après les Espagnols).

Magnifiques paysages, tel un Far West en haute montagne, très rocailleux, très aride, très abrupte. Le bus nous dépose une heure plus tard à Pradollano 2100 mètres, dans la partie basse de la station de la Sierra Nevada.
Des dizaines de magasins de locations nous attendent et bien évidemment des bars tapas.
Après avoir loué du matériel et acheté le forfait (à 40 euros s’il vous plait), une queue interminable nous attend pour accéder à la partie haute de la station à 3000 mètres d’altitude. Le week-end, de nombreux madrilaines font la route pour venir skier, il faut dire que la station de la Sierra Nevada est la seule dans la partie sud de tout le pays, un peu comme une exception de la nature, un massif culminant à 3480 mètres à une heure de la mer.

Le domaine skiable

Premières sensations, pas d’arbres, du monde et pas beaucoup de neige, peu importe les pistes sont quand même blanches. La partie basse de la station de la Sierra Nevada est entièrement équipée de canons à neige, et donc d’une neige de qualité moyenne, quant à la partie haute, la neige est plutôt compacte après le gel de la nuit.

Piste de bosses
Piste de bosses sous une parabole gigantesque

Les pistes proposées sont variées avec quelques belles pentes agréables à descendre, on notera qu’il n’y a pas de pistes noires, du moins il en existe une portion de quelques mètres en dessous d’une parabole géante, voir la photo.
La partie appelée la Laguna de las Yeguas sur la droite de la station est suffisamment pentues pour les bons skieurs. Le secteur de Borreguiles situé entre 2800 et 3400 mètres est quant à lui plus plat, pour les skieurs de niveau intérmédiaire et débutant.
Enfin, la partie basse entre Pradollano et Borreguiles ne présente pas grand intérêt.
Quelques bonnes et moins bonnes idées rencontrées sur les pistes et sur les remontées :

Le snowpark

Même en plein milieu de l’Andalousie, on trouve un snowpark, et d’un point de vue personnel, il se défend vraiment bien.
On peut effectivement trouver 2 tables de 10 à 15 mètres, un hip de 15 mètres de long et quantité de rails : plat, ola (vague !), C, box ou encore un wall.
Les snowboarders sont extrêmement nombreux à rider le park mais quelques skieurs font exception. Les shapers locaux ont leur style vestimentaire bien à eux. Et même dans la Sierra Nevada, on trouve on bon lot de ‘ricains (riders habillés très larges avec toute la panoplie du style américain), on n’est donc pas dépaysé sur le snowpark de la Sierra Nevada.
Au pied de la parabole, une sympathique piste de bosses, tracée par le club local, et un jump sur le côté pour s’entrainer bien tranquillement…

Cani López-Cediel à l'oeuvre sur la ola.
Cani López-Cediel à l’oeuvre sur la ola.

La station

Vient l’heure de redescendre en direction de Pradollano pour ne pas louper le bus, l’occasion de se promener quelques instants dans la station. Rien à voir avec nos petites stations alpines.
La station est construite d’après une règle très importante : l’anarchie.
On se croirait dans une ville faite avec Sim City 2000. Sur un ordinateur, c’est beau, en vrai, c’est moche.
Peut-être y a-t-il eu un concours lancé entre les investisseurs immobiliers, à celui qui ferait l’immeuble le plus en désaccord avec l’espace environnent (cf. la montagne).

On se croirait sur la côte
On se croirait sur la côte…

La palme revient certainement à ce bâtiment blanc, auquel il ne manque que la vue sur la mer, peut-être y a-t-il eu confusion entre station balnéaire et station de ski.
En clair, un ensemble immobilier multicolore et difforme, la station ressemble plus à un parc d’attraction qu’à une station de ski. Dans les rues, on peut même croisé Mickey ou Winny l’ourson qui posent pour les photos et font des ballons en forme de chien gratos, c’est certainement ce qu’il manque dans les Alpes. 😉

Il faut dire que la neige n’est pas monnaie courante dans cette partie de l’Espagne et que la station de la Sierra Nevada fait un peu exception. Le ski et toute pratique de sports d’hiver sont plus perçus comme un divertissement plutôt qu’un sport. Il n’y a donc pas une culture du ski, pas d’esprit montagnard. Les espagnols viennent pour la plupart à la journée et louent tous le matériel, même les combinaisons des skis se louent.
Pour le grenoblois que je suis, le choc est rude, mais compréhensible. La station est en fait un immense business construit autour de l’or blanc sans grand respect du cadre.

« Skier en pleine Andalousie est et restera un miracle »

Au final, une journée fort sympathique, car skier en pleine Andalousie est et restera un miracle, le snowpark est tout à fait acceptable, même meilleur que certaines stations moyennes des Alpes, la variété des pistes et le nombre des remontées permettent de profiter un maximum de l’espace skiable. On regrettera quand même le prix exorbitant pour une journée de ski, comptez minimum 70 euros pour transport + location + forfait, n’oubliez pas d’emporter de quoi manger et boire pour ne pas faire exploser le budget. De beaux paysages néanmoins avec vue sur la mer au sommet de la station, il est vivement recommandé de monter en semaine pour éviter la forte affluence des week-ends. La station est généralement ouverte de Décembre à Avril, malgré un domaine qui monte jusqu’à 3400 mètres, en été, aucune chance de trouver de la neige, la température est trop élevée. Les possibilités de hors-pistes sont limitées, mais soyez sûr que vous serez peu à tracer dans la poudreuse (si vous en trouvez). Enfin, ne passez pas à côté de Grenade sans vous arrêter, une ville métissée, à découvrir absolument, notamment avec l’Alhambra, monument maure à visiter absolument, célèbre pour ses jardins et ses fontaines.

Alexis - auteur de l'article
Contenu rédigé par
Alexis Blondin
Rédacteur & Éditeur
Je suis originaire des Alpes, instructeur ski CSIA Niveau 1 et passionné de montagne. J'ai participé à la Coupe de France de ski. Mon expertise s'étend de l'enseignement du ski à l'évaluation de matériel. En savoir plus
La dernière révision de ce contenu date du 16 février 2024.

Vos commentaires et questions

Je tente de répondre à vos questions dans un délais de 24 heures.

Partagez
0