Les meilleurs sacs à dos de ski

Les meilleurs sacs à dos de ski

visage de Alexis Alexis

Le sac à dos a ses adeptes lorsqu’il s’agit de partir à la montagne pour plusieurs jours ou pour une courte sortie de ski d’une demi-journée. Certains skieurs ne peuvent pas s’en passer, même pour quelques heures, d’autres en ont besoin lorsqu’ils partent en ski freeride afin d’avoir à disposition pelle, sonde et même airbag. Il y a donc une grande quantité de sacs à dos pour de nombreux usages tous différents. C’est parti, faisons le tour des possibilités qu’offre le sac à dos au ski.

Sommaire
  1. 1. Sélection des sacs à dos
    1. Osprey Kamber 16
    2. Dakine Mission pro 18
    3. Millet Steep 22
    4. Mammut Nirvana 18
    5. Mammut Nirvana 35
    6. Mammut Ultralight Airbag 3.0
  2. 2. Tableau comparatif des meilleurs sacs à dos de ski
  3. 3. Conseils d’achats pour les sacs à dos de ski
    1. Type de pratique
      1. Ski à la journée en station
      2. Ski de randonnée
      3. Ski freeride
    2. Confort
      1. Bretelles rembourrées et ergonomiques
      2. Dos rembourré et ventilé
      3. Ceinture ventrale
      4. Membrane étanche
    3. Taille & Capacité
      1. Zones extensibles ou rétractables
    4. Poids
    5. Organisation du sac
      1. Poches internes
      2. Séparateurs amovibles
      3. Poches étanches
      4. Type et emplacement des fermetures
      5. Poches externes et filets
      6. Sangles de serrage ou d’ajustement
    6. Options pour usage spécifique
      1. Compartiment pour poche à eau
      2. Sangles de portage pour ski
    7. Airbag et dispositif en cas d’avalanche

Sélection des sacs à dos

Je vous invite à compléter votre recherche d′informations sur les produits présentés.
En tant que Partenaire Amazon, je réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.
Vous pouvez en savoir plus à propos de ridepark.

Le meilleur sac

Osprey Kamber 16

Osprey

Un sac à dos d'une grande marque américaine reconnue pour la qualité et la durabilité de ses produits. Ce sac de 16 litres offre tous les atouts d'un sac léger et maniable pour skier en station de ski, sur les pistes. Ce sac est ergonomique, pour épouser votre dos au plus près, la sangle au niveau de la poitrine et la ceinture ventrale permettent de le garder bien en place quelle que soit votre position.

Il possède un compartiment pour l'équipement de sauvetage en avalanche, à savoir pelle et sonde. Le petit plus de ce sac une poche à zip bien pratique placé directement dans la bretelle à mi-hauteur bien pratique pour mettre de petits accessoires ou un forfait magnétique. Ce sac est bien conçu et bien pensé pour la pratique du sport en condition hivernale.

Avantages
  • Léger et robuste
 
 
Inconvénients
  • Petit volume de 16 litres
 
 
voir critères en détails
Confort
Ergonomie d'ensemble
Durabilité
Compartiments
Zips, sangles & crochets
Rapport qualité/prix
Note 4.5/5

Dakine Mission pro 18

Dakine

Ce sac à dos va vous combler si vous cherchez un sac à tout faire.

Du ski de piste, un peu de freeride et même une sortie à la journée en ski de randonnée. Il sera le sac polyvalent par excellence. Avec 18 litres, il est suffisant pour emmener le strict minimum en rando, et pas trop grand pour le prendre pour une journée de ski sur les pistes. Une ceinture ventrale ajustable ainsi qu'un strap au niveau du sternum maintiendront le sac bien en place.

Pour les freeriders qui veulent faire une approche à pied de quelques minutes, les deux straps beige clair permettent d'attacher les skis dans le dos. Le serrage des skis n'est pas très précis, mais il est rapide d'accès et rapide à utiliser. À la place de skis, on peut aussi y loger une veste ou des bâtons. Pour une journée au ski de rando, son volume de 18 litres risque d'être un peu limite mais en optimisant bien l'équipement, on peut tout de même emmener le nécessaire sans faire trop de tetris. Un sac efficace et sans gadgets que je recommande.

Avantages
  • Simple et efficace avec des attaches pour portage de ski.
 
 
 
 
Inconvénients
  • Pas optimisé pour une pratique du ski en particulier. C'est la contre-partie de la polyvalence !
 
 
 
 
voir critères en détails
Confort
Ergonomie d'ensemble
Durabilité
Compartiments
Zips, sangles & crochets
Rapport qualité/prix
Note 3.7/5

Millet Steep 22

Millet

Un sac à dos assez confortable niveau volume, puisqu'il a une capacité de 22 litres. Son compartiment dédié à kit pour recherche en avalanche est bien pensé et facile d'utilisation. Et surtout ce n'est pas exclusif, vous pouvez y mettre ce que vous voulez. Comme vous vous en doutez ce sac est plutôt orienté pour une utilisation freeride et ski de randonnée vu son volume et ses fonctionnalités. Le portage des skis se fait sur les côtés du sac ou en diagonal dans le dos. C'est toujours mieux d'avoir le choix. Un poids à vide 690g qui est peut-être un peu élevé pour l'emmener sur les pistes à la journée.

Il possède une poche d'hydratation (c'est-à-dire un espace pour y mettre une poche d'eau souple connectée à un tube) avec la possibilité de faire sortir un tube d'alimentation pour la poche, très pratique pour les adeptes du camelbak (la poche à eau souple d'hydratation). Toutes les sangles sont ajustables, ce sac offre un grand confort et une bonne autonomie en ski freeride, pour vos marches d'approche et en ski de randonnée. Si vous regardez bien, il y a même un sifflet de secours intégré dans un embout en plastique au bout d'une sangle. Même si ce gadget devient standard sur la plupart des sacs il est bon de le souligner. Bref, un sac résolument tourné vers l'aventure et la poudreuse.

Avantages
  • Profil freeride et rando
 
 
 
voir critères en détails
Confort
Ergonomie d'ensemble
Durabilité
Compartiments
Zips, sangles & crochets
Rapport qualité/prix
Note 4.3/5

Mammut Nirvana 18

Mammut

Le Mammut Nirvana offre 18 litres de volume avec toutes les fonctionnalités pour faire de la marche d'approche en ski freeride. Un emplacement est prévu pour les bâtons télescopiques, et même un piolet. Il est aussi possible d'attacher vos skis dans le dos au moyen de deux larges sangles et d'une boucle qui maintient en position les skis pour ne pas qu'ils glissent vers le bas. C'est rudimentaire mais ça fonctionne bien et c'est parfait pour une petite demi-heure voire une heure d'approche tout au plus. Car les skis ont un peu tendance à se balader dans le dos après quelques minutes de mouvement. Rien d'anormal, le mouvement et le poids ont tendance à détendre les sangles avec le temps.

Une fermeture éclaire très pratique qui parcourt tout le dos du sac donne un accès rapide et facile à tout votre contenu en un clin d'œil. Il est aussi compatible avec les poches d'hydratation standard. Un classique du ski freeride en petit volume, donc plus transportable et maniable. Idéal pour les marches d'approche de quelques dizaines de minutes.

 

Avantages
  • Petit litrage et beaucoup de fonctionnalités pour le freeride.
 
Inconvénients
  • Litrage limité donc pas adapté aux grosses sorties rando.
 
voir critères en détails
Confort
Ergonomie d'ensemble
Durabilité
Compartiments
Zips, sangles & crochets
Rapport qualité/prix
Note 3.8/5

Mammut Nirvana 35

Mammut

Le Mammut Nirvana 35 est modèle de sac à dos éprouvé depuis plusieurs années. Référence pour les sorties en ski de randonnée ou les grosses marches d'approche pour du ski freeride. Son gros volume de 35 litres vous permet de voir large et de ne pas vous priver. Son rembourrage bicouche des bretelles dans le dos est un atout de grande qualité. Il a aussi une ceinture ventrale renforcée et épaisse qui prend en charge une partie du poids. Elle est aussi amovible ce qui permet de ne pas être gêné lors des montées. La grande fermeture éclair parcourant le tour du dos est extrêmement pratique pour accès direct à tout le contenu du sac sans avoir à tout remuer pour trouver vos sous-gants ou un encas !

Il possède aussi un filet extérieur pour y mettre un casque et ainsi éviter d'accrocher un casque à un simple anneau, qui crée beaucoup de ballottements dans le dos en montée.

Un sac résolument tourné vers le ski de randonnée et pourquoi pas des randonnées de plusieurs jours. Dans l'ensemble il est bien pensé et prévu pour les conditions difficiles sur la durée.

Avantages
  • Résistance et excellente ergonomie pour le ski de rando.
 
Inconvénients
  • Un gros volume pas adapté pour les rando courtes.
 
voir critères en détails
Confort
Ergonomie d'ensemble
Durabilité
Compartiments
Zips, sangles & crochets
Rapport qualité/prix
Note 3.5/5

Mammut Ultralight Airbag 3.0

Mammut

Le Mammut Ultralight Airbag 3.0 va droit à l'essentiel et il le fait bien. C'est un sac à dos prévu pour les situations d'avalanche d'un volume de 20 litres. Le dispositif Airbag au complet pèse environ 1 kg ce qui est très léger par rapport à la concurrence et il est entièrement amovible.

Le sac à dos peut ainsi avoir deux fonctions distinctes si on décide de retirer le dispositif. Mais si on investit dans un sac à dos d'avalanche c'est certainement pour l'utiliser avec le dispositif. Le sac en lui-même est de bonne facture on retrouve toutes les fonctionnalités basiques pour du ski freeride : sangles de portage des skis, ceinture ventrale et au sternum, de quoi accrocher bâtons télescopiques et piolet. Et il y a évidemment le compartiment de 18 litres. Car 2 litres sont occupés par le dispositif avalanche.

Bref un excellent sac Airbag par une grande marque reconnue.

Avantages
  • dispositif de déclenchement et ballon très léger, seulement 1 kg.
 
Inconvénients
  • Capacité limitée de 18 litres utiles.
 
voir critères en détails
Confort
Ergonomie d'ensemble
Durabilité
Compartiments
Zips, sangles & crochets
Rapport qualité/prix
Note 3.8/5

Tableau comparatif des meilleurs sacs à dos de ski

Top123456
ModèleOsprey Kamber 16Dakine Mission pro 18Millet Steep 22Mammut Nirvana 18Mammut Nirvana 35Mammut Ultralight Airbag 3.0
NomOsprey Kamber 16Dakine Mission pro 18Millet Steep 22Mammut Nirvana 18Mammut Nirvana 35Mammut Ultralight Airbag 3.0
MarqueOspreyDakineMILLETMammutMammutMammut
Confort5/5 3/5 5/5 4/5 3/5 5/5
Ergonomie d'ensemble4/5 4/5 4/5 4/5 5/5 5/5
Durabilité5/5 4/5 4/5 4/5 5/5 4/5
Compartiments4/5 4/5 4/5 4/5 3/5 3/5
Zips, sangles & crochets4/5 4/5 5/5 3/5 3/5 3/5
Rapport qualité/prix5/5 3/5 4/5 4/5 2/5 3/5
Total90/10074/10086/10076/10070/10076/100
Prix€€€€€
Points forts
  • Léger et robuste
 
 
  • Simple et efficace avec des attaches pour portage de ski.
 
 
 
 
  • Profil freeride et rando
 
 
 
  • Petit litrage et beaucoup de fonctionnalités pour le freeride.
 
  • Résistance et excellente ergonomie pour le ski de rando.
 
  • dispositif de déclenchement et ballon très léger, seulement 1 kg.
 
Points faibles
  • Petit volume de 16 litres
 
 
  • Pas optimisé pour une pratique du ski en particulier. C'est la contre-partie de la polyvalence !
 
 
 
 
  • Litrage limité donc pas adapté aux grosses sorties rando.
 
  • Un gros volume pas adapté pour les rando courtes.
 
  • Capacité limitée de 18 litres utiles.
 
voir prix sur amazon voir prix sur amazon voir prix sur amazon voir prix sur amazon voir prix sur amazon voir prix sur amazon
Comment bien choisir ?

Conseils d’achats pour les sacs à dos de ski

Type de pratique

C’est sans doute l’élément déterminant pour choisir le sac adapté à vos besoins. Chaque sac a des particularités dédiées pour le ski freeride, le ski sur piste, la randonnée ou même les randonnées sur plusieurs jours. Il vaut mieux ne pas s’aventurer en station de ski avec un sac de randonnée et inversement, partir en grande randonnée avec un mini-sac de dépannage. Vous vous retrouverez encombrés ou pire ça pourrait représenter un risque, surtout en montagne où les conditions ne sont pas toujours clémentes.

J’ai décidé de classer les sacs sous 3 pratiques principales :

  • Ski à la journée
  • Ski de randonnée
  • Ski freeride

Ski à la journée en station

Ce n’est pas tout le monde qui apprécie de skier avec un sac à dos, surtout si c’est pour quelques heures ou même pour une journée en station de ski. Après tout, en station de ski, les services ne sont jamais bien loin. Vous pouvez trouver de quoi vous hydrater dans un bar ou dans une boutique au village. Vous pouvez changer vos affaires mouillées à l’appartement ou à la voiture, et vous pouvez vous arrêter pour manger dans un restaurant d’altitude.

Mais le sac peut aussi s’avérer bien utile si vous ne voulez pas perdre de temps quand la neige est poudreuse et qu’il faut être parmi les premiers pour faire sa trace. Ou bien, vous avez tout simplement l’habitude d’être très indépendant et d’être autonome en eau, nourriture et rechange. C’est peut-être aussi pour emporter avec vous votre GoPro, un drone ou un appareil photo. Finalement il y a beaucoup de bonnes raisons de skier avec un sac même pour quelques heures.

Dans ce cas-là, mes recommandations se tournent vers un sac de petit volume, comme le Osprey Kamber 16, léger et avec peu d’accessoires et pas ou peu de sangles d’ajustement. Un volume de 10 à 20 litres est adéquat pour skier en station de ski à la journée ou demi-journée. C’est avant tout un espace restreint dont vous aurez besoin et qui sait se faire oublier lorsque vous bougez. Un compartiment unique et principal est suffisant, mais quelques petites poches supplémentaires sont utiles pour y mettre des barres de céréales ou des accessoires photo/vidéo comme, par exemple, les adaptateurs GoPro qui sont petits et se perdent facilement au fond des poches de la veste de ski.

Si vous appréciez d’avoir de l’eau ou une boisson sur vous, je vous recommande un sac compatible avec les poches à eau qu’on appelle traditionnellement camelbak (de la marque du même nom qui a inventé le concept). Elles sont plus pratiques et plus sécuritaires que de se promener avec une gourde rigide ou un thermos dans votre dos. Imaginez si vous tombez avec votre sac sur de la neige damée ou glacée. Le choc pourrait être violent et vous blesser sérieusement le dos.

Ski de randonnée

Pour le ski de randonnée, le sac à dos doit nécessairement pouvoir contenir a minima une sonde et une pelle, qui font partie du triptyque classique des outils utiles en cas d’avalanche. C’est évidemment un minimum strict.

Mais lorsqu’on part en ski de randonnée on a souvent besoin de plus espace. Notamment pour pouvoir y mettre une sous-veste, une polaire, ou la veste coupe-vent nécessaire pour la descente à ski, mais que vous ne pouvez pas porter en montant car elle est bien trop chaude. Vous avez aussi besoin d’espace pour de l’eau ou une boisson, un casse-croûte ou des encas, et enfin une poche pour votre téléphone, votre appareil photo ou votre caméra embarquée.

Le sac idéal pour le ski de randonnée possède au moins 2 voire 3 compartiments :

  • un compartiment pour y mettre la pelle et la sonde
  • un compartiment pour les changes vêtements
  • un compartiment pour la nourriture et la boisson
  • une petite poche externe de taille suffisante pour y loger votre téléphone et une GoPro.

Un volume de 20 à 35 litres est indiqué pour pouvoir y mettre les changes, nourriture, outils et accessoires.

Ski de randonnée
Ski de randonnée sous un ciel bleu parfait. (Crédit : ridepark.com)

Ski freeride

En ski freeride, il y a deux écoles du « sac à dos » :

  • les freeriders qui amènent un sac « classique » avec le triptyque pour les secours en avalanche : pelle, sonde et appareil de recherche (Arva), ce dernier devrait d’ailleurs se trouver sur le skieur et pas dans le sac à dos,
  • les freeriders qui optent pour le sac à dos coussin d’air déployable (aussi appelé airbag), une sorte de gros ballon gonflable qui offre une plus grande chance de rester à la surface d’une avalanche.

Dans tous les cas, si vous partez en freeride, vous devez absolument avoir sur vous le nécessaire pour faire de la recherche en avalanche. Même si le ski freeride se pratique souvent sur le domaine skiable, parfois à proximité des pistes damées. Les terrains empruntés ne sont pas sécurisés et ils sont donc imprévisibles.

Dans ce contexte, un sac à dos de volume intermédiaire de 15 à 25 litres est indiqué. Vous aurez assez de place pour votre équipement avalanche, qui semble toujours plus volumineux une fois dans le sac, et vous pourrez y mettre une caméra, un appareil photo et un kit de secours avec une couverture de survie par exemple.

Si vous optez pour un sac à dos ABS (avec coussin à air), assurez-vous que le volume utile reste suffisant, car le dispositif ABS prend souvent beaucoup de place dans le sac. Rappelez-vous tout de même qu’un sac ABS à pour première fonction de se déployer en cas d’avalanche. Ne tentez pas de le surcharger au risque de compromettre son fonctionnement.

Confort

Le confort de votre sac est primordial. On porte tous des sacs régulièrement et on est bien content de pouvoir s’en débarrasser dès que possible. Alors imaginez au ski, où l’occasion de poser son sac est rare, autant attacher une certaine importance au confort de votre sac, même s’il est léger.

Bretelles rembourrées et ergonomiques

Les bretelles sont le point clé du sac à dos. C’est sur elles que tout le poids du sac à dos repose (avec la ceinture ventrale quand il y en a une). Elles doivent avoir une mousse confortable et assez épaisse. Selon le volume et le poids de votre sac à dos, elles seront plus ou moins renforcées pour supporter des charges importantes tout en limitant l’inconfort. Les bretelles des sacs ont souvent une ou plusieurs sangles de serrage au niveau ou en dessus de la poitrine. Elles permettent de maintenir les bretelles et le sac à dos bien en place. Très utile si vous faites des sauts et beaucoup de mouvements verticaux. Le sac à dos sera ainsi plaqué contre vous et ne fera pas des vols planés dans votre dos à chaque bosse. Cependant pour faire des sauts et du freestyle, assurez-vous de prendre un sac avec ceinture ventrale (voir ci-dessous).

Enfin les bretelles doivent être facilement ajustables en longueur. Les sacs de qualité permettent même d’attacher les sangles qui traînent. Ça peut être aussi pratique qu’esthétique. Quand il y a trop de sangles longues qui traînent de partout, elles peuvent s’emmêler ou vous gêner.

Dos rembourré et ventilé

Le sac à dos s’il est léger et propose un petit volume ne devra pas nécessairement avoir un dos rembourré de mousse mais il devra a minima être rigide pour ne pas se déformer. Les sacs à plus gros volumes proposent des structures semi-rigides pour que le sac à dos garde une forme ergonomique. En plus de cela, des systèmes ingénieux d’aération permettent de ventiler l’espace entre votre dos et le sac. Cela évite l’accumulation de transpiration et d’humidifier le sac. Particulièrement vrai si vous faites du ski à randonnée. L’effort produit à la montée vous fera probablement transpirer, et votre dos au contact du sac à dos risque d’être le premier point d’humidité.

Ceinture ventrale

La ceinture ventrale n’est pas systématique, et c’est souvent plutôt une question de préférence. L’avantage d’un sac avec ceinture ventrale, c’est que vous n’êtes pas obligé d’attacher la ceinture ventrale pour vous service du sac à dos. Si vous avez prévu de faire du ski freeride, je dirai que la « ventrale » est un indispensable, car au premier petit saut venu ou à la première rupture de pente, votre sac va certainement s’envoler dans votre dos et même se retrouver sur votre tête ! Et ce n’est exactement ce qu’on veut quand on est lancé dans une pente poudreuse avec des rochers et des arbres autour de soi.

Certaines ceintures ventrales sont renforcées et viennent englober votre taille de façon très confortable. En plus de pouvoir supporter une partie du poids de votre sac, elles ont parfois des petites poches à fermeture éclair très pratique pour y mettre des petits accessoires faciles d’accès ou votre forfait.

Membrane étanche

La membrane étanche est un gros plus si vous prévoyez de skier sur plusieurs jours de suite ou si la météo s’annonce humide. Elle est en général situé sous le sac lui-même, elle se déplie comme un k-way qui vient englober la totalité du sac d’une membrane étanche. C’est le meilleur rempart contre la pluie ou la neige humide. Et un sac sec est presque aussi important qu’un skieur sec !

Certains sacs disposent d’une membrane qui n’est pas cousue au sac lui-même, attention à ne pas la perdre. Avantage, vous pouvez vous en servir sur tout type de sac du moment qu’ils ont le même volume.

Taille & Capacité

La capacité de votre sac à dos se mesure en litre. Pour faire simple, imaginez un cube de 10cm de côté, cela correspond à 1 litre. Donc un sac à dos de 20 litres (ce qui est un litrage moyen) permet de loger l’équivalent d’un cube de 20cm de côté.

Pour rester skier sur les pistes, en station de ski, un sac de 10 à 20 litres est suffisant. Pour des activités qui demandent plus d’équipement, ou des sorties sur plusieurs jours, vous devrez au moins disposer de 30 litres, et parfois beaucoup plus en fonction de l’équipement à emporter.

Attention sur certains sacs comme les sacs ABS, il est bon de distinguer le volume total du sac du volume utile. Le volume total du sac comprend le dispositif nécessaire au coussin d’air, et le volume utile est l’espace que vous pourrez effectivement utiliser pour y loger vos propres affaires.

Zones extensibles ou rétractables

Certains sacs à gros volume ont des compartiments rétractables pour diminuer le volume total du sac et pouvoir maintenir le contenu plus facilement. Ces mêmes zones peuvent à l’inverse être déployées si vous avez besoin de plus de volume. L’avantage d’une telle fonctionnalité c’est de pouvoir adapter la taille totale du sac à son contenant. Car il peut arriver que vous enleviez ou mettiez votre veste dans votre sac, et parfois le volume n’est pas suffisant. Il suffit alors de libérer un compartiment via un zip ou une sangle pour y stocker votre veste.

Cela peut sembler superflu pour une activité de quelques heures, mais si vous vous lancez en ski de rando sur un ou plusieurs jours, ça deviendra un véritable atout amenant confort à la charge et aussi pour accéder à vos affaires.

Poids

Les sacs à dos sont composés de matières qui peuvent l’alourdir, selon si la matière est étanche ou non. En plus de cela, les sangles, bretelles, glissières en plastique ou en métal et les structures dorsales du sac peuvent tous ensemble ajouter un poids conséquent. Et comme toujours même s’il s’agit de quelques centaines de grammes, votre dos sentira bel et bien la différence.

Pour les sacs à gros volume, il est difficile de ne pas atteindre plusieurs centaines de grammes a minima. De toute façon, ce type de sacs est supposé recevoir plusieurs dizaines de kilos, donc ce n’est pas un réel critère de choix.

Par contre pour un sac de moins de 20-25 litres, prenez le temps de comparer le poids des différents sacs. Si plusieurs centaines de grammes séparent des sacs équivalents qui ont retenu votre attention, dans ce cas, le poids devient définitivement un critère.

Organisation du sac

Parlons de l’intérieur du sac et de sa fonction première : transporter des objets de façon confortable. La majorité des sacs à dos pour la pratique du ski sont pensés pour pouvoir amener une sonde, une pelle, un masque de ski, des lunettes, des accessoires photo/vidéo, de l’eau, de la nourriture. Il est préférable que tous ces objets ne soit pas stocker côte à côte dans un seul espace, au risque de voir se côtoyer l’eau et l’appareil photo. Pas vraiment idéal ! C’est pour ça que l’organisation interne du sac à dos joue une grande importance pour maintenir le contenu organisé et en sécurité.

Poches internes

Les poches ou compartiments et leur organisation est plus ou moins bien pensé selon les marques de sac à dos, et selon les modèles. Observez bien les multiples possibilités et tentez de vous projeter avec le contenu type de votre sac à dos. Où mettre le téléphone, la poche à eau, les gants de rechange, le masque de ski ? Seront-ils bien protégés ? Certaines poches internes sont doublées d’une matière douce et protectrice pour y mettre directement des lunettes ou un masque de ski. Pour le ski à la journée en station vous n’avez certainement pas besoin de plus que 2 compartiments internes et une poche pour accessoires. Mais si c’est pour de la randonnée, alors il faut s’assurer d’avoir au moins 2 ou 3 compartiments (voire plus).

Séparateurs amovibles

Certains sacs offrent la possibilité de personnaliser l’organisation de votre sac en détachant et en réajustant les séparateurs entre les poches internes. Si vous avez besoin d’un gros volume, vous pouvez dézipper ou déscratcher la séparation, et dans certains cas la repositionner (plus ou moins) librement. Si vous voulez un sac unique pour le ski en station et le ski de randonnée, c’est une fonctionnalité que vous devriez envisager. Votre sac à dos deviendra versatile et plus ergonomique afin de suivre vos besoins et votre pratique sportive.

Poches étanches

Les sacs à dos outdoor de milieu de gamme à haut de gamme proposent au moins une poche étanche si ce n’est le sac au complet qui est revêtu de matière étanche. C’est vraiment un plus surtout en montagne, le temps étant imprévisible. Le matin peut s’annoncer parfait avec un grand ciel bleu et en quelques heures la neige peut arriver pour tout chambouler. Autant avoir un sac étanche ou au moins une poche étanche pour le matériel électronique comme votre téléphone. Les poches étanches sont très appréciées dans les activités de plein air qui sont exposées à une forte humidité (pluie, franchissement de ruisseau, ruissellement). En ski et dans la montagne en hiver c’est plutôt la neige qui tombe et le contact avec la neige au sol qui sont sources d’humidité. Pensez à poser votre sac dans la neige sur ses parties étanches pour ne pas qu’il se mouille.

Type et emplacement des fermetures

Les fermetures modernes sur les sacs à dos de ski sont souvent doublées d’une épaisseur plastifiée qui cache les dents de la fermeture éclaire. Le rôle de cette couche est de rendre étanche les fermetures au maximum. La présence de ses fermetures est le signe que c’est un sac bien pensé pour les conditions extrêmes et de haute qualité (car plus cher à produire que les fermetures classiques). Évitez les poches avec fermeture à scratch car les scratchs ont tendance à s’user dans le temps. En plus, lorsqu’on skie, on chahute le sac de haut en bas et sur les côtés, suffisamment pour déscratcher des poches et perdre des objets.

Les emplacements de ces fermetures sont importants. Les sacs de ski pour le ski de rando ont souvent la possibilité de s’ouvrir complètement via un zip, le dos du sac à dos devient en fait une trappe d’accès. Très efficace quand vous voulez avoir accès rapidement et facilement à une veste ou quelque chose de volumineux dans le sac. C’est aussi pratique pour avoir accès immédiat à des petits objets au fond du sac. En général, en ski de randonnée on préfère ne pas perdre de temps pendant une pause. Et quand on s’arrête pour prendre quelque chose dans le sac, ça doit être rapide et efficace. Faire une pause un peu trop longue pour chercher un objet perdu dans le sac, c’est suffisant pour se refroidir.

Poches externes et filets

Les filets externes sont des emplacements qui permettent de loger des objets rapidement comme des barres de céréales ou des choses qui ne sont pas de grande valeur mais dont on veut un accès rapide. Même si les filets semblent peu sécuritaires pour y mettre des objets plus précieux, ils sont en réalité bien conçus et je n’ai jamais perdu d’objet, même léger, quand ils étaient dans les filets. Le seul réel risque se présente si le sac se retrouve à l’envers.

Les filets sur les côtés sont extrêmement pratiques pour y mettre une bouteille d’eau, car elle est facilement accessible, et vous en avez souvent besoin, surtout en ski de randonnée.

Sangles de serrage ou d’ajustement

Ces sangles sont toutes ces lanières qui flottent de partout au vent sur les sacs à dos d’ancienne génération. Elles sont parfois plus embêtantes qu’utiles lorsqu’elles ne sont pas strapées correctement (en général c’est un petit élastique qui serre tout simplement la sangle en excès).

Elles sont très pratiques si vous avez besoin de maintenir fermement votre sac et ce qu’il contient. De même si vous êtes à pied, en train de monter, ces sangles de serrage sont pratiques pour attacher et bloquer rapidement une veste ou des gants. Mon conseil serait de trouver un sac qui propose une ou deux sangles de serrage mais pas plus. Quand il y en a trop, elles perdent en utilité.

Options pour usage spécifique

La pratique du ski vient avec son lot de particularités et de contraintes. Comparé à un sac à dos de rando à pied, le sac à dos de ski propose des fonctionnalités dédiées en particulier pour le ski freeride et le ski de randonnée.

Compartiment pour poche à eau

Le compartiment pour poche à eau est très utilisé par les skieurs à la journée en station comme les randonneurs et les freeriders. La poche à eau est sécuritaire par rapport à une bouteille rigide et en plus grâce à un long tube relié à la poche, on peut boire rapidement sans avoir à enlever le sac. Attention toute fois, par temps froid, l’embout du tube peut geler et vous aurez beau aspirer, l’eau se sera transformée en glace.

Sangles de portage pour ski

C’est certainement la fonctionnalité la plus recherchée par les freeriders. Pouvoir fixer solidement ces skis sur son sac pour monter à pied dans la neige et ainsi accéder des pentes vierges éloignées de la foule. Si vous skier uniquement sur piste, cette option n’est pas pour vous. Si vous faites du freeride ou même du ski de randonnée c’est un critère prioritaire. Certaines attaches sont positionnées de chaque côté du sac à dos pour équilibrer le poids, un ski de chaque côté. D’autres sacs disposent de sangles sur le derrière du sac qui sont en diagonales. Avant votre première sortie freeride ou randonnée, je vous conseille de vous entraîner à attacher vos skis et les porter sur quelques mètres, le poids peut surprendre et surtout l’équilibre du sac va influencer votre démarche. Un petit entraînement au chaud à la maison est donc tout indiqué, pour être prêt là-haut sur la montagne et ne pas perdre de précieuses minutes à comprendre comment fixer ses skis à son sac.

Airbag et dispositif en cas d’avalanche

Depuis une grosse dizaine d’années une innovation dans la sécurité en montagne a vu le jour. Les sacs à Airbag sont une invention permettant à son utilisateur de déclencher une charge qui gonfle un ballon d’air situé dans le sac à dos, en quelques secondes. Ce volume une fois gonflé offre une plus grande portance à son utilisateur, qui lorsque pris dans une avalanche, a plus de chance de se retrouver à la surface plutôt qu’enfouie. Le ballon gonflé agit comme une bouée qui tente de vous faire flotter à la surface de la coulée de neige.

Ce n’est pas une garantie de survie, mais le sac airbag a déjà permis à de nombreux skieurs de se sortir en vie d’avalanches. Les statistiques concernant l’efficacité effective de ce dispositif sont difficiles à estimer tant les paramètres et le contexte en montagne est imprévisible et complexe à modéliser. Pour faire simple, c’est une aide supplémentaire qui peut potentiellement vous sauvez la vie. Finalement, un peu comme un airbag dans une voiture, ce n’est pas la garantie de vous en sortir vivant, mais ça aide à réduire le risque.

Il faut bien comprendre que les sacs à airbag rentrent dans une catégorie bien particulière. La charge utile de votre sac airbag est souvent très limitée et il est déconseillé de surcharger le sac au risque de perturber le système de déclenchement du ballon. En plus de cela le dispositif peut rajouter entre 1 et 2 kg au sac, ce qui est conséquent.

Ce type de sac à ballon gonflable est tout indiqué pour les skieurs en freeride, qui veulent sortir des pistes tout en minimisant les risques d’ensevelissement. Pour le ski de randonnée, les pratiquants font souvent le choix de se passer de ce dispositif car assez encombrant et relativement lourd. Attention, avoir un sac airbag ou ABS ne vous dispense en aucun cas d’avoir toujours sur vous votre pelle sonde et ARVA. En réalité tous ces outils vont de paire.

Le sac à dos pour avalanche est communément appelé sac à dos ABS ou sac à dos Airbag d’après les noms des marques qui ont breveté l’invention. Il s’agit en réalité d’un dispositif similaire.

Partagez