La freerando, c’est quoi ?

La freerando, c’est quoi ?

visage de Alexis Alexis

La freerando (ou le ski freerando) est un terme marketing inventé il y a quelques années pour décrire une façon de faire du ski de randonnée où l’on favorise plus la descente et le plaisir que la montée et l’effort.

Sommaire
  1. 1. Origine de la pratique
  2. 2. Le matériel de freerando
  3. 3. Freerando : info ou intox ?
  4. 4. La Freerando dans l’air du temps

Origine de la pratique

La freerando est la contraction de free (liberté au sens large) et randonnée. Elle naît de la volonté des skieurs d’accéder à des pentes de neige vierge facilement accessibles au moyen d’une petite ascension, en général à proximité d’un domaine skiable.
La pratique, sous cette dénomination, a été lancée par les marques qui y ont vu un levier de développement économique. Les gammes de skis déjà existantes : freestyle, freeride et randonnée ayant connu leur apogée chacune en leur temps ; or, ce vecteur créé de toutes pièces anticipe tout de même une demande existante du marché.

En savoir plus Quel niveau de ski pour faire du ski de randonnée ?

Les skieurs souhaitent pouvoir accéder facilement et rapidement à des pentes de neige fraîche tout en gardant leurs skis de piste traditionnelle, skis all mountain, skis larges de freeride ou même skis freestyle. La principale différence réside dans les fixations (et de pouvoir y apposer des peaux).

randonneurs montant dans la nuit dans la montagne

Randonnée de nuit

Le matériel de freerando

Le matériel nécessaire de ski freerando est exactement le même que celui utilisé pour du ski de randonnée :

  • skis de freerando, à la croisée des chemins entre freeride léger et skis de randonnée ultra typés.
  • chaussures de ski robustes et plutôt légères
  • fixations dédiées à la montée (donc avec un talon qu’on peut libérer), dites fixations à plaque ou low tech.
  • peaux (c’est mieux pour monter)
  • bâtons, éventuellement télescopiques pour les dévers
  • pelle, sonde et DVA (Détecteur de Victimes en Avalanche)

La vraie différence réside dans la performance des skis, chaussures et fixations. Par performance, on entant légèreté, résistance, profil des skis.

Les fixations à plaque sont semblables à des fixations d’alpin à ceci prêt que l’on peut choisir de bloquer ou libérer le talon pour pouvoir monter une pente.

Les fixations à inserts sont aussi une option pour la freerando, mais elles sont plutôt recommandées pour du ski de randonnée avec de fortes ascensions. Pour de la freerando, des fixations à plaque sont largement suffisantes.

Ainsi en freerando, on ne recherche pas la performance à la montée.
Mais le plaisir d’une montée d’une courte durée pour une belle descente, engagée, à l’écart des pistes.
Si vous voulez être extrêmement performants, et voulez monter rapidement et pendant longtemps, n’optez pas pour du matériel dit freerando mais pour du matériel typé de ski de randonnée polyvalent ou ultra light.

Freerando : info ou intox ?

La freerando est aujourd’hui un marché qui est en progression. Il y a de la demande pour des fixations et des skis freerando. Toutes les marques qui s’y sont engouffrées maintiennent leur gamme freerando depuis de nombreuses saisons.
Alors malgré ce nom marketing qui sonne presque faux, les pratiquants et la pratique existent bel et bien. Mais attention, rien n’a été inventé. Les marques ont adapté un concept de puriste (le ski de randonnée) en pratique simplifiée et donc plus accessible.

Concrètement faire de la freerando peut se résumer à utiliser des skis de freeride (donc dédiés à la descente uniquement), y mettre des fixations de randonnée robustes, comme des fixations à plaques. À partit de là, l’équipement ainsi composé rentre dans la catégorie « freerando ».

Mais les marques ont aussi compris que créer un nouveau segment de skis appelé « ski de freerando », permet de cibler très précisément une pratique sans pour autant créer un nouveau type de skis. Dans le sens, où elles n’inventent pas une nouvelle discipline avec un ski au profil unique et avec une taille et une ligne de cote encore jamais vues.

Au final comme précisé ci-dessus, on peut faire de la freerando avec un ski freeride classique, ou même un ski de randonnée.

Lorsqu’on parle de freerando on parle surtout de l’utilisation qui est faite de matériel hybride rando / freeride.

La Freerando dans l’air du temps

Le temps nous dira s’il s’agissait d’une mode. Mais la société aujourd’hui a soif de liberté, de facilité et de grands espaces. La freerando s’inscrit en plein dans cette mouvance. Les skieurs expérimentés recherchent une certaine authenticité dans leur pratique, et c’est quelque chose qui a été gommé petit dans les stations de ski. En limant, modulant, aplatissant, damant les moindres difficultés présentes jadis sur les pistes, les skieurs ne trouvent plus vraiment de challenge sur un domaine skiable.
On peut facilement imaginer que la génération de skieurs qui a grandi avec le ski freestyle newschool des années 2000 se porte vers la freerando aujourd’hui. La freerando est donc plus que jamais dans l’air du temps !

Partagez