Les meilleurs casques pour le ski freeride

Les meilleurs casques pour le ski freeride

par Alexis
mis à jour le 30 novembre 2021
Top 3 des meilleurs casques ski freeride

Vous cherchez un casque pour le ski freeride… Excellente idée ! Car en ski freeride, vous n’êtes jamais à l’abri d’un imprévu, et même si vous pensez être entouré de neige douce et profonde, des arbres ou des rochers peuvent se cacher sous celle-ci, et peuvent surprendre même les skieurs experts.

Comme le dit l’adage : un bon skieur est un skieur vivant. Alors autant ne pas lésiner sur cet équipement indispensable qu’est le casque !

Comparatif des meilleurs casques de ski freeride

POC Obex

#1
poc
Ce casque de ski freeride est vraiment pensé pour skier en dehors des pistes ! Avec le réflecteur Recco, il vous offre une chance supplémentaire d’être détectable en cas d’avalanche. Une puce NFC Medical ID permet de stocker vos infos médicales, ainsi les secouristes auront de nombreuses informations sur votre condition médicale. La doublure est faite de EPS, ce qui garantit une très bonne absorption des chocs. Avec toutes ces fonctionnalités et le savoir faire de POC en matière de casque de ski, vous êtes sur de ne pas vous tromper et d’avoir certainement trouver votre casque de ski freeride !

Points forts

  • Réflecteur Recco
  • Puce NFC Medical ID
  • Confort
  • adapté pour le ski freeride

Points faibles

  • RAS !
Confort
Durabilité
Aération
Ergonomie
Rapport qualité/prix
Evaluation
4.6/5

Mod5 MIPS

#2
oakley

Un certain nombre de technologies propriétaires comme les visières interchangeables permet d’avoir une grande flexibilité avec ce casque haut de gamme. Il offre une compatibilité optimale avec les masques de ski Oakley.
Mentonnière ajustable, cache-oreilles amovibles, ventilation ajustable, il a tout d’un excellent casque qui saura vous offrir un excellent confort.

Points forts

  • cache-oreilles amovibles
  • ventilation ajustable
  • visière interchangeable

Points faibles

  • RAS
Confort
Durabilité
Aération
Ergonomie
Rapport qualité/prix
Evaluation
3.8/5

ALPINA GRAP 2.0

#3
alpina

Un bon casque de ski avec un strap pour maintenir en place le masque de ski, un système de volet de ventilation manuel pour ajuster la sensation de fraîcheur et un système de serrage assez fin au niveau de la mentonnière et au niveau du cou, qui permet de s’ajuster avec précision à votre tÊte.

Points forts

  • ajustement de la mentonnière et nuque précis
  • aération ajustable
  • design de la doublure intérieure

Points faibles

  • cache-oreille ne peut pas être retiré
Confort
Durabilité
Aération
Ergonomie
Rapport qualité/prix
Evaluation
3.8/5

Tableau comparatif casques ski freeride

Top #1 #2 #3
Modèle casque de ski freeride casque de ski freeride casque de ski freeride
Nom POC Obex Mod5 MIPS ALPINA GRAP 2.0
Marque poc oakley alpina
Confort
5/5
5/5
4/5
Durabilité
5/5
5/5
4/5
Aération
4/5
3/5
3/5
Ergonomie
5/5
3/5
4/5
Rapport qualité/prix
4/5
3/5
4/5
Total
4.6/5
3.8/5
3.8/5
Points forts
  • Réflecteur Recco
  • Puce NFC Medical ID
  • Confort
  • adapté pour le ski freeride
  • cache-oreilles amovibles
  • ventilation ajustable
  • visière interchangeable
  • ajustement de la mentonnière et nuque précis
  • aération ajustable
  • design de la doublure intérieure
Points faibles
  • RAS !
  • RAS
  • cache-oreille ne peut pas être retiré

Comment bien choisir un casque de ski freeride ?

Choisir un casque n’est pas facile. Entre le confort, le niveau de protection et l’esthétique, il est parfois difficile d’allier tous ces critères dans un seul et même casque. Il faut faire des compromis pour choisir le casque qu’il vous faut, et comme vous pouvez l’imaginer, c’est parfois l’esthétique qui doit être délaissée.

Voici en tout cas, une liste de critères suffisamment importants pour vous aider à bien choisir un casque de ski freeride :

058-technology

1. Composition

Les casques de ski sont composés de deux parties distinctes. La coque extérieure et la doublure intérieure aussi appelée le « liner ».

  • La coque extérieure faite généralement de plastique résistant aux impacts violents (ABS) vous protégera des chocs violents, des abrasions et des objets tranchants. Comme des rochers par exemple.
  • La doublure intérieure est faite de polystyrène expansé (EPS). Cette matière est là pour absorber les impacts. En cas de choc violent, ce polystyrène se fait compresser et permet de diminuer la sensation du choc.

Prêtez donc attention à la construction du casque de ski et vérifiez qu’il possède bien ces deux parties distinctes.

schéma d'un casque de ski avec les couches de protection.
Schéma représentant les différentes couches de protection d’un casque de ski
061-bar

2. Poids

Le poids du casque est un facteur déterminant. Si vous sentez dès les premiers essais que le casque vous semble lourd, c’est n’est pas bon signe, il vaut mieux le retourner. Votre première sensation devrait être une grande légèreté et une grande facilité à bouger la tête sans « surpoids ».

Les casques faits en une seule pièce, appelé « in mold », sont en général plus légers que les casques conçus de deux parties distinctes (la coque rigide et le liner intérieur). Pour favoriser une grande légèreté, il faudra donc regarder du côté de la construction du casque de ski et opté pour le « in mold ».

066-thunderbolt

3. Résistance

C’est bien pour cela que vous achetez un casque, n’est-ce pas ? C’est pour qu’il soit résistant, ça paraît évident. Et là il n’y a pas trop de secret, il faudra éviter les casques bas de gamme, d’autant plus pour le ski freeride, qui par définition vous expose à des dangers plus grands que dans une zone sécurisée. Certaines technologies comme l’ABS, plastique à absorption et répartition de choc, et l’EPS, la couche chargée d’amortir par compression les chocs sont des minimums.

Lorsque vous avez subi un choc violent avec votre casque, vous ne pouvez plus l’utiliser car le choc subi peut endommager le casque sans pour autant que cela soit visible. Et ainsi, le casque de ski ne vous protégera plus aussi bien, à la prochaine chute.

055-maps

4. Aération

Les casques ont des petites fenêtres d’aération, qui sont peu élégantes mais bien utiles. Un casque peut devenir tellement isolant et hermétique qu’il peut devenir inconfortable de le porter. Les aérations sont là pour compenser cette gêne en permettant tout simplement l’air de circuler. Certains modèles de casques ont des volets permettant d’ajuster l’ouverture des aérations. En ski freeride, il vous arrivera certainement de marcher, ou remonter des zones raides skis aux pieds, vous serez bien content de pouvoir laisser votre tête respirer pendant ces efforts intenses !

002-belt

5. Serrage

Vous avez certainement votre préférence concernant le serrage de votre casque de ski. Que ce soit un simple clip, une languette à tirer, ou un bouton à faire tourner, il y a de nombreuses techniques de serrage, mais ne négligez pas cet aspect. On a souvent envie d’ajuster son casque, un peu trop serré, pas assez, besoin de rajuster le casque de ski en haut des remontées, ou de l’enlever temporairement dans une cabine de ski.

Il y a mille raisons qui font que vous aurez à utiliser le serrage au cou de votre casque. Certains systèmes sont plus faciles à utiliser, mais il s’agit surtout de préférence personnelle, ou parfois morphologique.

Autre point important, en ski freeride vous êtes potentiellement exposé à des chutes lourdes. Il est important de s’assurer que le casque est bien serré, donc que le système de serrage soit optimal. Il m’est souvent arrivé de voir des casques se décrocher ou s’envoler à cause d’un mauvais serrage ou pas adapté.

008-menu

6. Fonctionnalités spéciales

En ski freeride, il y a certaines options qui peuvent s’avérer bien pratiques. Certains casques ont un réflecteur Recco. Ce système permet de retrouver des personnes ensevelies sous la neige. Ce système est complémentaire à un appareil de recherche de victime en avalanche, il est vivement déconseillé de ne se fier qu’à ce système comme unique moyen de secours en cas d’avalanche.

D’autres options bien utiles comme les protège oreilles détachables pour une meilleure aération. Les volets d’aération sur le dessus du casque pour laisser passer l’air. Un emplacement pour le masque de ski, pour s’assurer que celui-ci est bien maintenu peut s’avérer bien utile.

Le ski freeride
La pratique du ski freeride consiste à skier dans des zones non damées et avec une inclinaison importante. Le skieur skie donc de la neige non travaillée, qui peut être poudreuse, dure, ventée et qui peut cacher des rochers, branches ou même partir en avalanche. Il faut un bon niveau de connaissance du comportement de la neige, de la montagne et de son environnement, mais aussi un très bon niveau technique. Vous pouvez faire des initiations avec des guides ou moniteurs de ski qui vous emmèneront dans des zones adaptées à votre niveau.

Vos questions sur les casques pour le ski freeride

Que porter en dessous d’un casque de ski ?

S’il fait suffisamment chaud, (plus de 0 degré), vous pouvez simplement mettre votre casque et rien d’autre. S’il fait des températures négatives, vous pouvez mettre une couche très fine, de la même épaisseur qu’un cache-cou. Les balaclavas (ou balaklavas) sont des cagoules fines qui peuvent se glisser très facilement sous un casque de ski.

Quel casque de ski choisir pour y mettre une GoPro ?

Il existe des modèles de casque de ski qui intègrent directement une monture pour y fixer une GoPro. Sinon tout type de casque de ski peut faire l’affaire, il suffit de se procurer une monture GoPro pour casque autocollante.

Support GoPro incurvé pour casque
Support GoPro incurvé pour casque
voir sur amazon

Comment bien choisir la taille d’un casque de ski ?

Pour bien choisir la taille du casque de ski qui correspond à votre morphologie, il faut mesurer votre tour de tête.

Comment mesurer son tour de tête ?

Pour mesurer votre tour de tête, prenez un mètre (en ruban) et prenez la mesure depuis votre front, et faite le tour de votre tête aussi horizontalement que possible. La mesure en centimètre et celle utilisée dans les chartes de taille des fabricants de casques.

schema mesure de tour de tête pour casque.

Quand faut-il remplacer son casque de ski ?

Il est recommandé de remplacer votre casque de ski tous les 5 ans, si celui-ci n’a pas subi de choc important. Par contre, après une chute violente, il est nécessaire de remplacer immédiatement votre casque de ski et de ne plus utiliser celui ayant subi un choc. Le choc encaissé par le polystyrène expansé peut avoir altéré la capacité d’absorption, même si aucun dommage n’est visible.

Partagez
Les meilleurs casques de ski

Les meilleurs casques de ski

Comparatif des casques de ski de tout niveau et avis sur les meilleurs casques de ski du marché.

Les meilleures protections dorsales pour le ski

Les meilleures protections dorsales pour le ski

Une protection dorsale est un atout essentiel pour pratiquer le ski en toute sécurité. Même si cela ne semble pas être un élément indispensable au premier coup d’œil, de la panoplie du skieur, elle vous protégera des chocs et en prime elle vous tiendra chaud ! Il existe aujourd’hui une grande variété de protections qui […]

Les meilleures chaussettes chauffantes de ski

Les meilleures chaussettes chauffantes de ski

Sélection des chaussettes chauffantes de qualité et explication de leur fonctionnement.