Skier en Ontario

19 février 2019
Mis à jour : 20 octobre 2019
9 minutes de lecture

L’Ontario (province du Canada) est situé juste entre le Québec et le Manitoba. Réputé pour être particulièrement plat tout comme les provinces du Manitoba et du Saskatchewan, il est tout de même possible de skier, sur des domaines modestes et malgré tout variés. L’Ontario n’est pas en soi une destination ski, mais si vous vous demandez quelles sont les possibilités dans cette partie du Canada, voici quelques pistes !

La neige et le climat de l’Ontario

Même si l’Ontario est vaste, la plupart des stations de ski et de la population vivant en Ontario se trouve dans l’Ontario du Sud. Je vais donc parler de ce coin là de la province. Coincé entre les grands lacs nord américains, le climat est souvent imprévisible et assez peu favorable pour du grand ski. La neige tombe en quantité suffisante et la température est généralement assez froide pour conserver la neige. Mais les fluctuations de températures et les vagues parfois humides suivies de grand froid, transforme la base des pistes en glace vive. Sans exagération, les pistes peuvent devenir une patinoire, et dans ces conditions, skier devient plus un danger qu’un plaisir.

La durée de la saison de ski

Les saisons commencent en général en décembre ou dès qu’il y a assez de neige pour couvrir l’herbe et s’arrêtent en général assez brutalement, dès que le printemps revient dans le courant du mois de Mars. Les premières chaleurs et la faible altitude générale de l’Ontario ne laissent aucune chance à la neige.

Le relief dans le sud de l’Ontario

Les plus haut sommets de l’Ontario avoisinent les 600 ou 700 mètres, mais se situent un peu plus au Nord dans la province et sont difficilement accessibles.

L’escarpement du Niagara

Certaines des plus grosses stations du Sud de l’Ontario tirent profit d’une particularité géologique appelé « Niagara Escarpment » qui s’étend de l’île Manitoulin, la région de Bruce Peninsula en passant par la baie Georgienne jusqu’à longer le lac Ontario pour finir sur les célèbres et éponymes chutes du Niagara.

L’escarpement du Niagara est donc un long enchainement de falaises plus ou moins prononcées et plus ou moins abruptes. Tantôt de belles collines bien marquées comme à Blue Mountain, Collingwood. D’autres fois plus tranchées et saillantes comme à Lion’s Head ou Glen Eden, Milton.

escarpement du niagara
L’escarpement du Niagara représenté en rouge.

État des lieux des stations de ski en Ontario

On compte plusieurs dizaines de stations de ski en Ontario, malgré son extrême manque de relief. Pour autant, une bonne partie d’entre elles n’est tout simplement pas accessible au commun des mortels. Une situation un peu particulière, du fait de l’existence de clubs de ski privés.

La particularité des clubs de ski privés

Les clubs de ski privés sont des stations de ski qui ne sont accessibles que si on s’acquitte d’une adhésion pour devenir membre. Elle coûte plusieurs milliers de dollars, et ce, juste pour pouvoir faire parti du club. Ensuite il faudra payer en plus des frais pour chaque saison d’hiver (qui sont généralement de l’ordre du millier de dollars).

Le ticket d’entrée est donc prohibitif. Pour rajouter à cela, les clubs de ski privés les plus demandés n’acceptent même pas de nouveaux membres, ou uniquement sur recommandation de membres déjà inscrits.

Bref, si on ne fait pas parti de la haute société, ou qu’on n’a pas un compte en banque bien rempli, il vaut mieux oublier cette possibilité.

Mais, il y a quand même un moyen d’en profiter sans se ruiner : Qu’un membre d’un ski club vous invite pour une journée de ski (qu’il faudra quand même payer, faut pas rêver).

Les stations de ski « publiques »

Par opposition aux clubs de ski privés, il y a heureusement des stations de ski accessibles à tous, moyennant finance évidemment. Encore plus qu’en France, absolument rien n’est gratuit au Canada.

Les plus gros domaines skiables de l’Ontario sont heureusement publics. Mais les tarifs en comparaison des Alpes françaises sont totalement déraisonnées.

Il y a une explication à cela : le peu de stations de ski dans le sud de l’Ontario corroboré à un vaste bassin de population (environ 5 millions de personnes, quand même). Grosse demande, offre limitée, qui fait que même les plus petites stations avec un domaine de moins de dix pistes et moins de cent mètres de denivelé, coûtent entre 50 et 80 $ la journée.

Faire du ski en dehors des pistes

Ski de randonnée en Ontario

Le trop peu de relief et l’altitude bien trop faible ne réunissent pas les conditions pour faire du ski de randonnée. Quand il y a du relief, il est exploité par les domaines skiables. Si ce n’est pas le cas, l’épaisseur du couvert végétal et la densité des arbres vous feront renoncer… Mais vous pouvez toujours essayer !

Il y a cependant quelques options de ski de randonnée dans la région de Sault Saint Marie. Mais cette zone est si isolée et difficilement accessible, que je n’ai pas eu la chance encore de pouvoir y skier. Le ski de rando même là-bas reste tout de même très minimal.

foret epaisse couverte de neige

Le hors-piste (ou ski freeride) en Ontario

En lien direct avec le paragraphe précédent sur le ski de randonnée, la faible altitude fait que la moindre excursion en dehors des pistes tournent à une bataille sans fin avec les arbres, racines, branches, souches. La densité est bien trop importantes pour pouvoir faire du vrai ski hors-piste.

Certaines stations proposent du ski sous-bois (comme au Québec d’ailleurs). Ce qui est l’équivalent d’un hors-piste pseudo-balisé. Mais comme son nom l’indique les arbres, racines, rochers et plaques de glace auront rapidement eu raison de votre curiosité pourtant légitime. En Ontario, on skie sur les pistes, point barre.

Blue Mountain, Collingwood

C’est la station la plus célèbre et la plus fréquentée du Sud de l’Ontario. Un nombre de pistes raisonnables, un denivelé dantesque pour la région (220 mètres). Elle se situe à 2 heures de route de Toronto, allez tout droit vers le Nord.

Magnifique vue sur la baie Georgienne, qui fait partie du Lac Hurron. Skier avec vue sur lac est une particularité plutôt agréale. Pour le côté moins sympathique, le prix du forfait à 100 $, les files d’attente aux télésièges assez conséquentes, malgré de nombreux 6 places débrayables. Il faut dire qu’on met bien plus de temps à attendre et monter sur le télésiège qu’à descendre les pistes.

Les pistes sont tout de même assez variées, avec un relief changeant et des pistes plus difficiles que d’autres. Le snowpark propose des bons modules variés. À noter que l’un des skieurs slopestyle en vue du moment Evan McEachran est un local du snowpark.

Si elles sont bien préparées, certaines pistes sont très agréables à skier, encore plus de nuit, lorsque les skieurs du dimanche sont dans les restaurants du village. Tranquility et Smart Alec qui se situent de chaque côté du télésièges 6 places Silver Bullet sont deux pistes larges et parfaites pour faire des courbes, du switch ou des petits virages.

Glen Eden, Milton

Station de faible denivelé (75 mètres) mais au terrain varié. Elle offre un enchainement de pistes parallèles parfois entre les arbres, parfois très large et agréable. Mais le denivelé bien trop faible limite son intérêt.

La station est visible depuis l’autoroute 401 qui relie un axe Detroit – Toronto. Un snowpark complet avec une multitude de rails et même des kicks plutôt bien shapés. Mais cette station repose en grande partie sur la production de neige de culture. Par ailleurs le niveau moyen des skieurs à Glen Eden rendent les pistes très rapidement impraticables. La neige est chassée, rabotée jusqu’à sa base glacée. La vue et le bruit de l’autoroute 401 ne viennent pas arranger l’expérience. Mais à seulement 45 minutes de Toronto, on peut profiter d’une simili-ambiance montagne. Les falaises abruptes qui entourent la station lui amène tout de même un certain charme. Il y a un bien un mini hors-piste non balisé en sous bois sur l’une des extrémités du domaine. Mais gare aux racines, souches, arbres tombés.

Plan des pistes de Glen Eden
Plan des pistes de Glen Eden

Chicopee, Kitchener

Certainement l’une des plus petites stations qu’il m’ait été donné de skier dans ma vie. Avec un denivelé annoncé de 60 mètres (qui dans les faits semblent plus proche des 45 mètres), et trois télésièges, j’aime autant vous dire que le tour de la station est bouclée en moins de 15 minutes.

Le veritable intérêt de cette station est le forfait soirée à 25 $ et un mini snowpark plutôt joueur et à l’écart de la foule. Donc, plutôt sympa pour s’amuser en fin de journée.

Évitez les week-ends car le débit des télésièges est bien trop faible.

Il existe malgré tout une vraie zone freeride entre les arbres, non damée, non balisée, pas besoin de batailler avec les branches, par contre c’est tracé en quelques heures.

Plan des pistes de Chicopee
Plan des pistes de Chicopee

Autres stations de ski

La liste est longue, même je ne présente ici que les stations que j’ai pu testé. Je mettrai évidement à jour cet article dès que j’aurai expérimenté d’autres domaines !

visage de Alexis
rédigé par
Publié dans Destinations

Explorez de nouvelles histoires...