Comment limiter son impact lors d’une randonnée ?

Comment limiter son impact lors d’une randonnée ?

dernière mis à jour le 20 août 2023
Alexis - auteur de l'article
par Alexis Blondin
Rédacteur & Éditeur
Je suis originaire des Alpes, instructeur ski CSIA Niveau 1 et passionné de montagne. J'ai participé à la Coupe de France de ski. Mon expertise s'étend de l'enseignement du ski à l'évaluation de matériel. En savoir plus

En randonnée, encore plus qu’ailleurs, on prend rapidement conscience de l’impact que l’on peut laisser sur l’environnement. Chaque pas, chaque action peut avoir des conséquences immédiates, mesurables et conséquentes.

Alexis - auteur sur ridepark
Pour limiter son impact lors d’une randonnée, il faut essayer de s’équiper avec du matériel conçu dans le respect de l’environnement, ne pas quitter les sentiers de randonnée, respecter le silence et les animaux sauvages, ne pas se promener avec un chien, ou le garder strictement en laisse, ne pas faire de feux de camp dans des endroits préservés, et prendre grand soin des espaces humides (rivières, étangs, lacs). Pensez à toujours ramener tous vos déchets avec vous dans un sac plastique.
  • Opter pour un équipement éco-responsable
  • Choisir des produits d'hygiène biodégradables
  • Rester sur les chemins balisés
  • Préserver le silence
  • Maintenir une distance avec les animaux sauvages
  • Tenir les animaux de compagnie en laisse
  • Respecter les zones humides et cours d'eau
  • Ne pas prélever d'éléments naturels
  • Ramener ses déchets
  • Limiter l'utilisation de feux de camp
  • Appliquer le principe "Leave No Trace"

Opter pour un équipement éco-responsable

S’équiper de matériel conçu dans une démarche responsable vis-à-vis de l’environnement est un premier pas pour limiter l’impact du randonneur au quotidien.

Généralement, les équipements qui se proclament éco-responsables tendent à utiliser des matériaux recyclés, font en sorte que l’équipement en question soit intégralement recyclable et financent des projets de reforestation ou des actions de protection de l’environnement similaires.

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi vous équiper avec du matériel d’occasion comme des chaussures de randonnée. Au moins, l’empreinte environnementale de cet équipement sera quasi-nulle puisqu’il a déjà servi, il existe déjà et vous lui donnez une seconde vie.

Choisir des produits d’hygiène biodégradables

Dans la même lignée que de choisir du matériel éco-responsable, choisir des produits d’hygiène biodégradables est une action dans le bon sens envers l’environnement.
Pour le passage aux toilettes en montagne, on va favoriser du papier hygiénique biodégradable, recyclé et recyclable, qui peut se décomposer de façon naturelle sans polluer les sols (ou en limitant l’impact de cette pollution).

Il en va de même pour les déodorants et savons. Notamment si vous bivouaquez, il est préférable de limiter l’usage d’un savon biodégradable, il aura de toute façon un impact sur le milieu humide aquatique dans lequel vous vous lavez.

Une bonne option est de se laver et se rincer en dehors des cours d’eau, dans des zones moins fragiles. Remplissez une bouteille d’eau, rincez-vous avec l’eau de la bouteille et faites votre toilette loin des rivières et ruisseaux pour ne pas les déstabiliser avec des produits cosmétiques, qu’ils soient bio ou pas.

Rester sur les chemins balisés

Aujourd’hui, la plupart des sentiers de randonnée sont balisés et assez bien marqués. Il est donc facile de ne pas se perdre et de suivre les chemins.

Sortir des sentiers a pour conséquence de fragiliser la flore environnante et de déranger la faune. Même si vous ne faites que passer une fois par un passage différent, si 50 randonneurs par jour font la même chose, vous pouvez imaginer qu’à la fin de la saison d’été, la zone piétinée risque de devenir une terre stérile.

C’est pour cela qu’il est recommandé de suivre les balisages des sentiers. Lorsque le balisage est absent ou difficile à suivre, tâchez de suivre les sentiers ou les traces les plus visibles. Les chemins se forment assez rapidement, même lorsqu’ils ne sont pas balisés.

Tâchez de rester sur une même trace afin de ne pas créer un labyrinthe de petits passages qui va dégrader l’ensemble du paysage.

Suivre les sentiers est plus simple et moins fatiguant.

Préserver le silence

La montagne, la nature et les grandes forêts sont des espaces silencieux. C’est dans un environnement calme et paisible que la faune et la flore se développent naturellement.

L’homme sait trop bien perturber cet environnement.

C’est une bonne raison pour faire encore plus d’efforts, et tâcher d’être silencieux, respectueux de la faune et de la flore, mais aussi les autres utilisateurs des sentiers et de la montagne.

On croise trop souvent des randonneurs avec des enceintes portatives à fond les ballons.

J’avoue ne pas comprendre la démarche. La montagne et les espaces de randonnée sont généralement des espaces calmes que l’on peut contempler et admirer en étant silencieux et discret.

Certains diront même que parler fort, papoter entre amis sans se préoccuper des alentours est un manque de respect.

Je n’irai pas jusque-là, mais être conscient des autres utilisateurs, de la faune et de la flore qui peuvent se présenter autour de nous, doivent être pris en considération constamment.

Après tout, on vient aussi en montagne ou dans la forêt pour observer et découvrir un nouveau milieu.
Donc, un petit effort sur le volume sonore de vos conversations et surtout, laissez à la maison vos enceintes portables qui dérangent tout le monde : la faune et les autres randonneurs !

Maintenir une distance avec les animaux sauvages

Si vous avez la chance de pouvoir observer des animaux sauvages de près, c’est certainement parce que vous avez été suffisamment silencieux et que vous avez respecté et observé votre environnement.

Même si des animaux sauvages se laissent observer de près, laissez-leur une distance confortable pour qu’ils puissent progresser ou s’échapper rapidement s’ils le souhaitent.

Parfois, des animaux restent immobiles, car c’est leur façon de passer inaperçus et de se protéger. Par exemple, c’est la technique des lièvres et des lapins. S’ils ne bougent pas, cela ne veut pas dire que vous ne les dérangez pas. Au contraire, ils sont certainement prêts à bondir pour s’échapper une fois que vous serez trop proche. Cela crée évidemment un grand stress pour ces animaux.

Si vous voulez observer de très près les animaux sauvages, je vous recommande fortement l’achat de bonnes jumelles.

Tenir les animaux de compagnie en laisse

Tenir votre chien en laisse est souvent une obligation dans la plupart des espaces de randonnée. À cause des abus et de la divagation abusive, ces restrictions ont dû être prises.

Tenir son chien en laisse est donc très important, surtout dans les espaces sensibles. Les chiens vagabondent trop facilement et dérangent très rapidement la faune qui fuit les lieux.

Respecter les zones humides et cours d’eau

Les zones humides et cours d’eau, comme les rivières, les ruisseaux, les lacs, les étangs ou les tourbières, sont des systèmes exceptionnellement fragiles.

Il est vivement recommandé de les déranger le moins possible. On va donc essayer de ne pas prélever de l’eau, de ne pas y plonger des substances comme du savon ou des produits toxiques, de ne pas piétiner les zones humides.

L’écosystème de ces milieux est très fragile. Des piétinements répétés et des altérations de la composition de l’eau peuvent mettre en péril ce type d’environnement.

Quand vous devez franchir une rivière ou un ruisseau, essayez de les déranger le moins possible. Il y a souvent un passage, comme un pont ou un franchissement créé par les hommes. Tâchez de l’utiliser.

Ne pas prélever d’éléments naturels

Dans les espaces naturels, il est très tentant de ramasser de belles fleurs et de belles plantes, pourtant il est plus sage de les observer, les photographier et de les laisser telles qu’elles sont.

De toute façon, dans les parcs nationaux, il est interdit de ramasser quoi que ce soit. Même les éléments minéraux ne devraient pas être ramassés, eh oui ! On doit tout laisser dans l’état où il se trouve, c’est bien là l’intérêt des parcs, protéger ce qui s’y trouve pour que tout le monde en profite de la meilleure des façons sans trop l’abîmer.

La fragilité de la petite grenouille, qui ne mesure que quelques centimètres.

Ramener ses déchets

Même si ce point paraît extrêmement évident, on trouve toujours des déchets qui traînent le long des chemins ou en montagne.

Cela peut être extrêmement frustrant, car il est si simple de ramener ses déchets avec soi. Il suffit de prévoir un petit sac plastique dans son sac à dos pour y mettre tous les déchets produits au cours de la journée.

Les mouchoirs sont aussi des déchets qui mettent du temps à se décomposer et qui ne sont vraiment pas agréables à observer dans un milieu naturel.

De même, les épluchures d’orange, de banane, les coquilles d’œufs trouvent leur place dans votre propre petite poubelle. Ne les laissez pas là où vous pique-niquez.

Pourquoi ? Certaines de ces épluchures et restes alimentaires sont traités, contiennent des produits toxiques qui peuvent polluer l’environnement fragile dans lequel on évolue en rando. Et je ne parle pas de la pollution visuelle.

Limiter l’utilisation de feux de camp

Les feux de camp font partie de l’imaginaire collectif lorsqu’il s’agit de faire un bivouac en montagne.

Pourtant, ils sont interdits dans de plus en plus d’endroits.

Le risque d’incendie est fort, et bien souvent les randonneurs qui bivouaquent prélèvent du bois dans des zones sensibles. Même le bois mort reste important pour certains insectes et pour l’écosystème dans son ensemble.

Alors, si vous pouvez vous passer d’un feu de camp, ce sera une bonne chose pour la nature environnante.

Appliquer le principe « Leave No Trace »

Le principe Leave No Trace, qui vient des États-Unis, est un ensemble de règles à respecter pour limiter l’impact du passage de l’homme dans les milieux naturels.

Il s’agit d’un ensemble de règles de bonne conduite pour pouvoir profiter de façon responsable de la nature en la préservant sur le long terme. Vous pouvez trouver plus d’informations concernant les 7 grandes règles du « Leave No Trace » sur le site officiel lnt.org (traduction française canadienne).

Partagez

Continuer la lecture

  1. illustration de 10 conseils pour débuter en randonnée 10 conseils pour débuter en randonnée
  2. illustration de Comment s’habiller pour une randonnée ? Comment s’habiller pour une randonnée ?
  3. illustration de Vestes de randonnée Meilleures vestes de randonnée 2023
  4. illustration de Comment choisir les bonnes chaussettes de randonnée ? Comment choisir les bonnes chaussettes de randonnée ?
  5. illustration de Comment éviter les ampoules aux pieds lors d’une randonnée ? Comment éviter les ampoules aux pieds lors d’une randonnée ?
  6. illustration de Comment choisir la bonne pointure de chaussures de randonnée ? Comment choisir la bonne pointure de chaussures de randonnée ?
  7. illustration de Quelles sont les chaussures de randonnée les plus légères ? Quelles sont les chaussures de randonnée les plus légères ?
0