Les différents types de skis

21 février 2019
Mis à jour : 18 octobre 2019
7 minutes de lecture

Il y a beaucoup de types de « skis », tellement, qu’il serait bien difficile d’en faire le tour. Il y a les types de skis qui se différencient par leur caractéristiques. Et aussi les différents types de pratique du ski, comme le ski alpin, ou le ski nordique. Et puis à tout cela, l’évolution du marché, des attentes des clients, des progrès technologiques et du jargon marketing viennent ajouter autant de façon de décrire les skis et la pratique.

Skis alpins

Les types de skis de piste ou skis alpins sont évidemment les plus connus et les plus utilisés en station de ski. Ils regroupent l’ensemble des skis par opposition aux skis de fond (que j’aborderai plus tard).

Skis de piste / skis all mountain

Les skis de piste sont les skis « standards » pour la pratique du ski en station de ski. Certaines marques vont utilisées l’appellation skis all mountain, ce qui veut dire que les skis sont suffisamment polyvalents pour toute type de neige sur piste. Et même s’aventurer occasionnellement en hors piste.

Le passage des skis droits aux skis paraboliques

Il est important de mentionner le fait que les skis de piste ont connu une évolution de leur profil (aussi appelé lignes de coupe) à la fin des années 1990. En passant d’un aspect très rectiligne dit skis droits à des lignes de coupe dites paraboliques. Les skis paraboliques sont aujourd’hui la norme absolue, à telle point qu’on ne parle plus de skis droits versus skis paraboliques. Les skis paraboliques permettent notamment de déclencher des virages en exerçant moins de force, le ski alpin devient donc plus accessible pour les débutants, et demande moins d’effort pour les skieurs confirmés.

Skis freestyle / park

Les skis freestyle sont destinés à faire des sauts, prendre des rails, des boxes, bref, exploiter le snowpark. Ils ont une particularité bien visible, leur double spatule. Une spatule à l’avant et à l’arrière sur chaque ski. Ce qui permet de skier facilement en avant ou en arrière.

La particularité des skis de bosses

Le ski de bosses qui est aussi une discipline de ski freestyle se distingue très nettement par ces skis très spécifiques. Ils sont droits et n’ont en général pas de double spatule. Ce sont des skis réservés aux compétiteurs et par conséquent assez difficile à trouver en magasin.

Skis freeride / poudreuse

Les skis de poudreuse sont en général plus larges et plus longs. Pour une bonne raison, leur plus grande surface permet une meilleure portance sur neige légère. On s’enfonce donc moins quand on skie dans la poudreuse. C’est donc plus facile et plus agréable.

Skis alpins de compétition (slalom, descente)

Les skis de slalom ou de descente sont des skis bien spécifiques et réservés aux compétiteurs. Les skis de slalom sont très courts ce qui permet de changer très rapidement d’appui et d’être plus réactif.

Les ski de descente sont beaucoup plus longs ce qui permet de prendre de la vitesse et offre une bonne stabilité et une excellente accroche dans les longues courbes.

Skis de randonnée, freerando

On va plutôt parler de la pratique. Le ski de randonnée permet d’aller dans des zones non accessibles au ski alpin standard. Par l’ajout d’une peau de phoque, qui vient s’appliquer sous la semelle du ski à la montée, le skieur peut gravir facilement de grands dénivelés. Puis une fois au sommet de sa randonnée, il retire les peaux de phoques, bloque ses fixations en position ski alpin et peut descendre comme en ski de piste traditionnel. Il n’y a donc pas réellement de skis de randonnée. Car tout type de ski peut être monté pour faire de la randonnée. Il y a quand même des skis développés uniquement pour la randonnée par les grands marques. Ils ont la particularité d’être très léger, et parfois d’avoir des encoches aux extrémités pour accrocher facilement les peaux de phoques.

Skis nordiques ou skis de fond

Les skis de fond sont des skis qui n’ont pas grand chose en commun avec les skis alpins. Si ce n’est qu’ils glissent sur la neige. Le ski de fond se pratique sans remontées mécaniques, dès lors il faut qu’ils assurent une nouvelle fonction : celle de pouvoir remonter les pentes de neige.

Skis de fond classique

Le ski de fond dit ski de classique, ou pas de patineur, ou encore ski alternatif (il y a plusieurs appellation pour cette même pratique) est un ski assez long, étroit et tout à fait droit. Sa particularité est d’avoir des écailles sous la semelle qui offre une accroche dès lors que le ski tente de glisser en arrière. Il glisse bien en avant, mais mord la neige si on tente de partir en arrière. On peut donc gravir des pentes facilement. Son profil très fin et long le rende assez difficile à manier en descente. Idéalement, commencez par du plat est une bonne idée pour découvrir le ski alternatif.

Skis de skating

Les skis de skating (ou pas de patineur) sont en tout point semblables aux skis de fond classique. À une exception près et qui est de taille, le semelle n’a pas d’écailles. Les skis glissent donc en avant et en arrière. Le skating ressemble beaucoup au mouvement du patin à glace, en s’aidant en plus des bâtons. C’est une pratique (visuellement) plus dynamique que le ski classique.

Skis nordiques (ou skis de randonnée nordique)

Les skis nordiques sont des skis qui sont un peu plus larges que les skis de fond classiques. Cette pratique a pour but de faire du ski de façon légère en dehors de pistes et sur terrain accidenté. Il s’agit plus d’un ski d’évolution de terrain qu’un ski typé descente. Selon les modèles il est possible d’appliquer une peau de phoque sur toute la longueur de la semelle ou sur une partie de celle-ci pour permettre d’adhérer à la montée. La descente se fera sans les peaux. C’est relativement comparable au ski de randonnée (alpin) à ceci prêt que le matériel est bien plus léger et que ces skis ne sont pas prévues pour aborder des descentes difficiles.

Les autres planches à glisser

Le télémark

C’est un ski alpin avec la particularité d’avoir une fixation qui ne bloque pas le talon. En réalité le telemark est très proche de la pratique originelle du ski, apparue dans les pays nordiques. Le mouvement à la descente est donc une alternance de flexion de jambes à chaque virage. Les télémarkeurs aiment souvent à dire qu’ils font partis de la communauté des « talons libres » !

Le monoski

Le monoski est comme deux skis qu’on aurait attaché ensemble. C’est donc une planche unique sur laquelle on retrouve des fixations de ski alpin. Cette pratique est apparu dans les années 1980 et s’est lentement essoufflé avec l’avènement des années 2000, de la naissance du snowboard (plus fun) et des nouveaux skis paraboliques.

La production de planches de monoskis est aujourd’hui totalement anecdotique voire inexistante.

Les patinettes ou snowblades

Il s’agit de la version courte du ski alpin. Vraiment très courte. L’unique intérêt des patinettes (ou big foot) : un temps d’apprentissage quasi nul. Les inconvénients, les snowblades deviennent rapidement incontrôlables à moyenne vitesse, la stabilité est assez compliquée à maintenir.

Le snowboard (ou planche à neige)

Le snowboard est apparu dans les années 1980. Il s’agit d’une planche unique (tout comme le monoski) sur lequel les fixations sont montées en diagonal, pour reproduire la position du surfeur.

Le sqwal

Imaginez vous faire du snowboard sur une planche unique d’un ski assez large. Les pieds étant fixés sur la planche l’un devant l’autre.La particularité du sqwal : faire du carving.

Le snowscoot

Le snowscoot est un vélo auquel on a retiré les roues et on les a remplacé par des skis. Cette pratique est née dans les années 1990 et n’a jamais vraiment pris d’essor, sans pour autant disparaître.

différents skis
visage de Alexis
rédigé par
Publié dans Wiki

Explorez de nouvelles histoires...