Les meilleurs skis freeride 2022

Les meilleurs skis freeride 2022

Le ski freeride est le Graal du skieur. Il ouvre les portes du ski en poudreuse, tel qu’on l’imagine. Se sentir flotter de virage en virage, skier comme dans un nuage léger et virevoltant. C’est le rêve de tout skieur, qui une fois qu’il a acquis un bon niveau sur piste, se rend bien compte que la poudreuse et le ski en dehors des pistes ont quelque chose de magique. Mais avant de se jeter dans le grand bain, il faut bien choisir son arme pour évoluer en sécurité et confortablement, car le ski en poudreuse est en réalité très technique et parfois piégeur.

Sommaire

Sélection des meilleurs skis freeride

Je vous invite à compléter votre recherche d′informations sur les produits présentés.
En tant que Partenaire Amazon, je réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.
Vous pouvez en savoir plus à propos de ridepark.

Rossignol BlackOps Sender Ti

Rossignol

Un excellent ski robuste et technique qui saura vous emmener dans les champs de poudreuse sans difficulté. Son rocker en talon peu prononcé le rend un peu rigide et moins maniable, il aura tendance à vous emmener tout droit mais il conserve tout de même une bonne flottaison en poudreuse. Ça risque un ski agréable pour skieur énergique qui est prêt à faire des virages appuyés et profiter d’un grand contrôle même en neige profonde.

Avantages
  • très précis même en poudreuse
  • bonne flotaison en neige profonde
Inconvénients
  • rocker au talon très rigide
Critères
En poudreuse
Sur piste
Maniabilité
Accessibilité
Note 3.5/5

Blizzard Cochise 106

Blizzard

Blizzard n’est une marque nouvelle venue, mais depuis quelques saisons elle propose d’excellents skis comme le ruster ou le cochise. Le Cochise est un ski facile à manier avec une belle portance sous le patin. Il aura un peu de mal à tourner en virage court, mais si vous appuyez bien, ça se fait. Il a un bon renvoie en sortie de courbe et reste nerveux quand il le faut. En poudreuse profonde il se manie avec grande essence et partage les petites erreurs de placements avec un rocker juste suffisant. Bref, c’est un excellent ski que je vous recommande pour sa légereté et son excellence sur tous les terrains. Le programme de ce ski même s’il me semble bien typé pour le freeride peut tout à fait être considéré comme un all-mountain qui en a sous le patin !

Avantages
  • léger
  • réactif
  • souple
  • polyvalent
Inconvénients
  • petits virages pas évidents
Critères
En poudreuse
Sur piste
Maniabilité
Accessibilité
Note 4/5

Head Kore 93 Graphene

Head

Le Head Kore peut être considéré comme un all-mountain, mais il possède tous les atouts et les traits d’un bon ski freeride. Ce n’est pas un ski fat, mais il se débrouille bien en poudreuse grâce à ces spatules larges qui assure une bonne flottaison en poudreuse. Avantage, il est aussi bon sur une piste qu’en poudreuse et pourrait même vous laisser faire quelques sauts sur les bords de piste ou dans le snowpark.

Avantages
  • très polyvalent
  • bonne flottaison
Inconvénients
  • pas 100% freeride
  • peu rigide
Critères
En poudreuse
Sur piste
Maniabilité
Accessibilité
Note 4.3/5

Tableau comparatif skis freeride

Top123
ModèleRossignol BlackOps Sender TiBlizzard Cochise 106Head Kore 93 Graphene
NomRossignol BlackOps Sender TiBlizzard Cochise 106Head Kore 93 Graphene
MarqueRossignolBlizzardHead
En poudreuse5/5 5/5 4/5
Sur piste3/5 4/5 4/5
Maniabilité4/5 4/5 4/5
Accessibilité2/5 3/5 5/5
Total70/10080/10086/100
Prix€€€€€€€
Points forts
  • très précis même en poudreuse
  • bonne flotaison en neige profonde
  • léger
  • réactif
  • souple
  • polyvalent
  • très polyvalent
  • bonne flottaison
Points faibles
  • rocker au talon très rigide
  • petits virages pas évidents
  • pas 100% freeride
  • peu rigide
Voir prix sur AmazonVoir prix sur HA SkiVoir prix sur Ekosport
Voir prix sur HA SkiVoir prix sur Ekosport
Voir prix sur AmazonVoir prix sur HA SkiVoir prix sur Ekosport
Comment bien choisir ?

Comment choisir des skis freeride ?

Les skis freeride regroupent aujourd’hui une variété de skis au profil, à la longueur et aux lignes de cotes très variés. Il n’est donc pas forcément facile de s’y retrouver. On peut quand même isoler plusieurs points importants pour bien comprendre et bien choisi des skis freeride : les différents types de skis freeride, la longueur, le profil (ou shape) et les lignes de cotes.

Les lignes de cotes

La ligne de cotes d’un ski est si importante dans le design d’un ski, qu’à elle seule elle peut déterminer le type de pratique. Effectivement la ligne de cotes décrit la largeur du talon, du patin et de la spatule d’un ski. Avec ces trois mesures, le ski pourra avoir un comportement très différent selon que le talon est beaucoup plus prononcé ou moins prononcé que le patin, tout comme le patin.

D’ailleurs ce sont les lignes de cotes qui décrivent le rayon d’un ski.

Bref, ces lignes de cotes sont bien particulières pour le ski freeride.

Comme en freeride on évolue dans de la neige profonde est peu porteuse, il faut élargir la surface du ski, pour ne pas trop s’enfoncer dans la neige. C’est pour ça que les skis freeride ont l’air plus gros. Ils ne sont pas forcément plus grands, mais ils sont plus larges au talon, au patin et à la spatule en comparaison d’un ski de piste traditionnel.

En élargissant les cotes du ski freeride, on reste plus facilement à la surface de la poudreuse et on peut plus facilement tourner et évoluer sans se retrouver enneigé jusqu’aux tibias ou même les genoux.

ski freeride
Représentation de la ligne de cotes d’un ski.

Lire aussi | Rayon du ski

Les différents types de skis freeride

En grossissant un peu le trait, on peut classer les skis freeride en 3 catégories, les skis freeride standards, les fats ou super large pour les journées très poudreuses, les skis de freerando pour pouvoir aussi monter avec des peaux pour quelques minutes.

Le ski freeride « classique »

Le ski freeride standard fait entre 90 et 110 mm au patin. Il reste maniable pour faire de la piste sans pour autant faire du carving. Disons qu’il a une certaine polyvalence, comparé à un ski très typé freeride comme le fat.

Plus le patin est large moins il sera maniable hors de la neige fraiche. Il aura tendance à vous emmener tout droit sur piste si le patin est supérieur à 100 mm. Mais en contrepartie, il offrira une bonne portance en poudreuse. Et oui, il faut faire des choix, le ski polyvalent qui excelle dans toutes les disciplines n’existe pas ! La plupart des skieurs réguliers ont deux ou trois paires de skis au garage et sorte la paire adaptée aux conditions du jour.

Le ski freeride « fat »

Le fat fait 110 mm ou plus au patin. Vous ne passerez pas inaperçu avec des grosses lattes aux pieds comme celles-ci. Elles sont clairement réservées pour les jours de grosse poudreuse. Autant vous dire que vous allez vous faire plaisir et pouvoir conserver une vitesse de croisière confortable en poudreuse même sur du plat. Par contre sur piste, ou neige dure, il faudra aller chaque virage à la force des cuisses. Le fat ne va vous aider à tourner avec une telle largeur au patin.

Le ski freeride ou ski « freerando »

Le ski de freerando vous emmènera là où aucun autre ski ne pourra vous guider. Effectivement son but est de vous faciliter l’approche de pentes vierges, skis aux pieds (avec des peaux évidemment). Qui dit approche, dit montée ou au moins traversée skis aux pieds. Il vous faudra donc un ski assez léger, et en même temps qui tire son épingle du jeu en poudreuse. On va chercher un ski qui fait au moins 90-95 mm au patin. Le ski de freerando se situe entre le ski freeride classique et le ski fat. Il est quand même bon de rappeler que la freerando est un hybride entre une pratique nouvelle et une création marketing pour créer un nouveau segment de ski. Vous pouvez tout à fait avoir des fats pour faire de la freerando ou des skis freeride standards.

L’avantage du ski freerando est qu’il offre un compromis spécifiquement pour les skieurs de poudreuse qui skient en station et veulent aller chercher des pentes un peu à l’écart de la foule. En réalité, ce sont des conditions assez rarement réunies toutes ensemble, mais ça reste un ski intéressant car relativement polyvalent pour la poudreuse et la randonnée occasionnelle.

Lire aussi | Différence entre ski freestyle et ski freeride

La longueur

Pour généraliser, un ski de freeride doit être plus grand que le skieur. En réalité, la longueur dépend de vos préférences et de votre niveau. Des skis performants en poudreuse doivent avoir une certaine portance pour ne pas vous retrouver avec deux enclumes aux pieds qui restent constamment enfoncées sous la surface de la neige. Même si des skis longs sont logiquement plus difficiles à tourner, en poudreuse ce n’est pas forcément des virages courts ou saillants qu’on recherche. Mais plutôt du contrôle en restant à la surface ou proche de la surface. Pour tourner, vous allez tout miser sur des lignes de cotes qui favorisent le pivotement, avec une belle largeur au patin et des rockers qui vont flotter en surface et vous permettre de déclencher vos virages sans forcer, même avec une bonne longueur de skis.

On recommande au skieur de prendre de ski à sa taille voire 5 cm de plus. Pour le skieur expert, ce sera selon ses préférences, mais il opte régulièrement pour des skis entre 10 et 15 cm plus grands. Vous ne devriez vous fixer sur ces mesures, elles sont des grands tendances qui ont du sens, mais vous pouvez adapter selon vos préférences et votre tolérance. N’oubliez pas que le ski en poudreuse est avant tout du plaisir, et pas de la performance !

Le profil du ski freeride

Ici on va parler de rocker et de cambre ! Si vous avez besoin d’information plus détaillée sur le profil d’un ski, le cambre et le rocker, allez-y faire un tour.

En tout cas, en ski freeride on va miser sur des rockers pour faciliter l’expérience de ski en poudreuse. Un rocker est une partie plus souple du ski qui selon son importance et sa position dans la planche de ski va restituer une expérience unique de ski.

Par exemple, en ski freeride, un rocker en spatule va permettre au ski de flotter plus facilement et pouvoir rester maniable et absorber facilement les mouvements de terrain rencontrés. Le rocker en talon aura l’avantage de rendre le ski plus maniable, de pivoter avec un moindre effort et de pouvoir faire des virages avec énergie et garder un bon momentum (ou un bon rythme) de virage en virage.

On peut aussi partir sur un double rocker qui va offrir tous les avantages du rocker en spatule et au talon. Par contre, dès que vous allez sortir de la poudreuse, l’expérience sur piste sera assez étrange avec des grands skis qui vont flotter et même vibrer à grande vitesse. Comme toujours, à vous d’opter pour l’expérience que vous souhaitez. Il est compliqué de trouver un ski à tout faire.

Questions fréquemment posées

Questions courantes sur les skis freeride

Est-ce que les skis freeride sont performants sur piste ?

Si vous optez pour des skis freeride standards, vous ne devrez pas avoir trop de problèmes sur piste. Les skis prendront leur temps pour pivoter car ils sont larges sous le patin et assez longs. Par contre si vous optez pour des skis freeride fat, l’expérience sur piste risque d’être étrange, voire inconfortable. Les skis « fat » étant très larges et en plus longs, vous aurez tendance à faire des tout droits. Tourner risque d’être peu agréable, même avec un double rocker, ce sera comme tourner des snowblades de 2 mètres de long. Étrange !