Comment débuter en ski freeride ?

Comment débuter en ski freeride ?

par Alexis
mis à jour le 8 mai 2022

Le ski freeride est quelque chose qui vous tente, mais vous ne savez pas comment vous lancer ?

C’est effectivement une discipline du ski très prisée mais aussi très exigeante. Il faut absolument arriver préparé, et avoir un minimum de connaissance de votre environnement, de votre matériel et développer les bons comportements, pour que vos sorties freeride se passent dans des conditions sécuritaires.

Pour bien débuter en ski freeride, il faut :

  1. Rester humble
  2. Ne pas partir seul
  3. Consulter le bulletin météo & neige
  4. Savoir skier en poudreuse
  5. Avoir des skis freeride adaptés
  6. Connaître et reconnaître l’environnement
  7. Avoir une tenue et du matériel adapté au freeride

1. Rester humble !

C’est certainement le premier conseil que je donnerai. Skier en hors-piste avec ou sans skis freeride ne semble pas difficile et pourtant la montagne regorge de pièges et de difficultés souvent invisibles pour un skieur.

Il faut donc toujours faire preuve d’humilité et savoir dire non quand tous les éléments ne sont pas rassemblés pour garantir une descente aussi sécuritaire que possible. Vous n’êtes là pour impressionner personne, et vous n’êtes pas obligé de descendre une pente hors-piste si vous ne le sentez pas.

N’oubliez pas que les forces et les éléments qui vous entourent lorsque vous évoluez en montagne sont puissants et imprévisibles.

Ne partez jamais seul en ski hors-piste. S’il vous arrive un petit incident, si vous vous retrouvez bloqué, blessé, perdu, il sera très difficile de vous venir en aide, même à quelques mètres des pistes.

2. Consulter le bulletin météo et neige

Si aujourd’hui vous êtes d’humeur à faire du freeride, votre premier réflexe est de consulter le bulletin météo de la journée et de consulter les informations neige et avalanche disponible dans toutes les stations de ski ou en ligne sur les sites spécialisés comme Météo France.

Ces premières informations vous donnent une idée globale de la situation hors-piste du jour. C’est seulement un indicateur, pas une valeur sûre. Vous êtes seul juge, personne ne vous dira catégoriquement que c’est dangereux ou sûr de faire du ski freeride.

Comme toujours en ski hors-piste il faut être capable de renoncer si les critères ne sont pas réunis pour évoluer en sécurité.

3. Savoir skier en poudreuse

Avant de vous lancer en ski freeride, vous avez certainement essayé de faire du ski dans la poudreuse sur les bords de piste, sur des sections planes. Si ce n’est pas le cas, commencez par vous amuser tranquillement sur les bords de piste, dans des zones non damées et sans obstacles. Même un bord de piste peut présenter des dangers cachés. Des rochers couverts par quelques millimètres de neige, des branches, des troncs d’arbres morts, des souches, des rivières.

Il faut toujours être vigilant en montagne.

Une fois que vous aurez développé des habitudes et des réflexes pour skier en neige souple et profonde, vous pourrez éventuellement vous tourner vers le ski freeride.

4. Avoir des skis freeride adaptés

Il existe différent types de skis freeride :

Pour s’initier, des skis freeride polyvalents sont suffisants.

Même si en réalité il faut savoir adapter son matériel en fonction du lieu où l’on souhaite skier.

Un terrain très pentu et avec de la neige profonde demande un matériel différent d’un terrain avec faible pente et neige profonde de 10-15 cm. Renseignez-vous sur le lieu que vous envisagez de skier et sur le matériel adapté à ce lieu.

5. Connaître et reconnaître l’environnement

L’environnement en ski freeride (ou ski hors-piste) est la pièce maîtresse de votre expérience ski. Il faut savoir prendre le temps d’observer.

Observer les obstacles, la pente, les coulées de neige existantes, la qualité de la neige. Si c’est un lieu que vous ne connaissez pas, vous devez redoubler de vigilance.

Si c’est un lieu que vous connaissez bien, il faut tout de même rester vigilant, car l’habitude d’un terrain ne garantit pas qu’on le connaisse parfaitement. Quand on a l’habitude, on tend à diminuer sa vigilance et ignorer certains signes de danger, car on a développé des automatismes physiques et psychologiques qui réduisent notre attention.

La montagne est un lieu qui change constamment et qui n’est pas facilement prévisible. D’une saison à l’autre, la dynamique des avalanches, des chutes de pierres, des formations neigeuses (comme les congères), les vents dominants peuvent varier grandement.

6. Avoir une tenue et du matériel adapté au freeride

Au-delà des connaissances, avoir un bon matériel adapté pour le ski freeride est un gros plus !

Parfois le matériel adéquat vous évite de faire des erreurs. Imaginez que vos skis sont un peu trop grands, et que vous vous engagez dans un couloir étroit, il sera bien difficile de les tourner s’ils ne sont pas à votre traille. Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Il est important de demander conseil à un professionnel avant de s’engager dan des zones à risque.

Avoir une tenue de ski imperméable de bonne qualité, car en ski freeride on est souvent plus en contact avec la neige, les obstacles. Il faut donc une tenue de ski performante et qui conserve votre chaleur.

Évidemment partir en ski freeride sans équipement pour secours en avalanche est absolument déconseillé. Une pelle, une sonde et un Detecteur de Victime en Avalanche (DVA) sont indispensables. En plus d’en être équipé, il faut savoir s’en servir, il existe des formations pour cela, et il faut répéter régulièrement les gestes pour conserver les bons réflexes en cas d’accident.

Partagez